Samedi, je pars en Tunisie, avec une délégation du Parti de gauche, pour assister aux élections et à la mise en place de l'Assemblée constituante. Ce blog servira pour raconter cet épisode majeur de la révolution citoyenne engagée de l'autre coté de la méditérrannée. Avant de partir, je consacre ce billet à une question que certains jugeront annexe, mais que je crois d'importance. Jugez-en.

Liberté Egalité FraternitéQuand on est une conscience de gauche, il faut savoir défendre les mots de gauche. C’est un enjeu majeur. Ils sont notre principal héritage. Ils ont parfois mis bien longtemps à être forgés par nos anciens.

Mais, il existe une nouvelle stratégie de nos adversaires de droite, ou même d’extrême droite, qui consiste à nous les dérober, surtout quand ils sont à terre et d'apparence abandonnée. Facile, puisque, pendant des années une certaine gauche les a dévoyé. L’objet de ce billet n’est pas de revenir une nouvelle fois sur mes désaccords avec certaines formations et notamment le PS. Je les ai déjà exprimé ici, je l’espère avec clarté. Et le Front de gauche, à commencer par son candidat Jean-Luc Mélenchon, le fait jour après jour, avec talent.

Dans cette constante pédagogie politique, qui constituera la charpente de notre campagne présidentielle, nous faisons œuvre d’éducation populaire. Reconstruire la gauche, une vraie gauche majoritaire et porteuse de sens qui change la vie vraiment, impose donc de redonner sens à un vocabulaire précis. Voici quelques exemples de ce "champ lexical". La République, la souveraineté populaire et nationale, l’intérêt général, l’émancipation, la fraternité entre les êtres humains, l’égalité, le peuple, la vertu et la morale, le partage des richesses et le socialisme… voilà quelques uns des mots, parmi d’autres, qui font le moteur de l’engagement de millions de gens. Ses mots sont à nous. Choyons les, protégeons les. Ils sont précieux.

Il en est un autre qui occupe aussi une place centrale dans notre dictionnaire politique: la laïcité.

Non, Marine Le Pen ne défend pas la laïcité !

Depuis quelques mois, certaines forces visent à s’emparer du mot. Elles se l'approprient, l'utilisent, le manipulent, l'exhibent... Elles jouent à le répéter un peu comme un enfant répète un gros mot pour énerver des adultes. Là, il s'agit d'agacer exclusivement les gens de gauche et les désorienter. C'est déroutant j'en conviens car leurs aïeux en étaient les adversaires déclarés. Aussi, cela devrait normalement susciter une méfiance. Car enfin, suffirait-il que Sarkozy se réclame oralement du socialisme pour le croire ? Bien sûr que non. Cela devrait être la même chose avec la laïcité. Mais, parmi quelques uns de nos concitoyens, un doute s’est installé. J’entends parfois avec consternation certaines personnes me dirent : « Ah oui, vous parlez de laïcité... Mais le FN et Marine Le Pen parlent aussi de laïcité ». Cela m’afflige et me consterne.

Non, non et non ! Marine Le Pen n’est pas laïque. Ce qu’elle dit et propose et même l’inverse de la laïcité. Son antithèse. Elle en est l’adversaire la plus acharnée, le plus déterminée. D’ailleurs, elle ne sait même pas le vrai sens de ce principe. Son exaltation étroite d’un particularisme culturel n’a rien à voir avec la laïcité. « Je déplore la déchristianisation de la France » dit-elle clairement, « en cela, l’élection présidentielle de 2012 sera un vote de civilisation.. » (Interview dans Le Point, 3 février 2011). Nul laïque ne parle ainsi. De plus, de quelle civilisation parle-t-elle au juste ? Sa civilisation est-elle liée éternellement à la domination de la religion catholique ? Dans un pays laïque, la proportion de fidèles de telle ou telle religion (surtout en fonction du passé) n'a pas à être un soucis pour une responsable politique. La religion doit rester une affaire privée, intime. Accepterait-on que l’on dise qu’il y a trop, ou pas assez, de fidèles de telle ou telle confession ? Le FN mesure-t-il ce qu’il est en train de sous entendre. Allons jusqu'au bout de sa logique. Il n’y aurait plus assez de chrétiens, selon elle, mais en fonction de quels critères ? De quelles normes ? De plus, ce message dit en creux qu’il y aurait trop de musulmans. Mais accepterait-on aussi qu’elle dise demain qu’il y a trop de bouddhistes en France, ou trop de juifs ? Danger.

La laïcité n’est pas la défense de « la civilisation chrétienne »

arton82.jpgPour Mme Le Pen, « sa » civilisation est une France chrétienne. Quoi de laïque dans un tel raisonnement ? Rien. Elle veut lutter contre la progression de la pratique de l’Islam, car cette religion est sans doute vue par elle comme « étrangère à notre civilisation ». Cette opinion condamnable n’a toutefois  rien à voir, et ne doit pas être confondue, avec la lutte contre l’islamisme, qui elle, doit être menée avec vigilance, ou la progression inacceptable du religieux dans la vie civile. L’obsession de Mme Le Pen à considérer que nos concitoyens de confession musulmane  posent problème, et qu’il s’agit du principal problème que rencontre notre pays, est donc une forfaiture. Son refus de constater que la laïcité impose de mettre à même distance toutes les religions est une signature. Le FN est généralement favorable aux financements publics d'écoles privées catholiques, de processions, de crèches confessionnelles, etc. Dernièrement, le FN n'a pas, bien entendu, condamné les prières publiques, dans la rue, devant l'hôpital Tenon (Paris 20e), réalisé par une poignée d'intégristes qui protestent contre le droit à l'IVG ! On pourra lire à ce sujet le blog de ma camarade Danielle Simonnet.

L'amalgame grossier du FN entre la pratique de l’Islam respectueux de la loi, tel que le fait la très grande majorité des musulmans de France, et ce que font une poignée d’extrémistes face auquel il faut être intransigeant, atteste d’une volonté de flétrir nombre de nos concitoyens en fonction exclusivement de leurs convictions religieuses. Par ce biais, Mme Le Pen pratique une discrimination. Soyons clair, quand elle dit « j’aime la laïcité » il faut entendre « je n’aime pas les arabes ».

Cette camelote idéologique n’est vraiment pas la laïcité.

laicite.jpgPour trouver d’autres arguments si nécessaire, j’invite le lecteur  de ce blog à se procurer l'excellent livre rédigé par mon amie Pascale Le Néouannic « Petit manuel de laïcité à usage citoyen » (Editions Bruno Leprince - 2011). Lisez-le, faites le connaitre. Commandez le dans vos librairies. C'est un outil pour cette lutte idéologique. Avec des mots, toujours des mots... qui commandent des actes.

Tous les fidèles des religions présentes en France doivent respecter la laïcité…

Il faut être clair. Je n’ai aucune complaisance avec les intégristes religieux. Strictement aucune. Pour dire les choses franchement, à mes yeux, la situation difficile d'immigré ne donne pas droit à faire prospérer l'obscurantisme. Chacun doit respecter les lois de notre pays, dont celles qui définissent la laïcité. Pour ma part, je suis contre le port de signes religieux dans les établissements scolaires, je suis contre le port du niqab qui est une atteinte à la dignité de la femme, je suis contre la pratique des prières de rues… mais, n’enfonçons pas des portes ouvertes, ces exigences élémentaires sont partagées aussi par la très grande majorité des musulmans vivant sur notre territoire.

Et l'intégrisme se porte bien aussi parmi toutes les religions, pourquoi le réserver au seul islam ?

J’ai la conviction que toutes les religions peuvent et doivent respecter la laïcité telle qu’elle s’est exprimée dans la grande loi du 9 décembre 1905. Toutes. La vigilance laïque doit donc être la même envers toutes les confessions. Et la règle ne peut être, les financements publics pour les uns, les tracas pour les autres. Je considère que l’argent public ne doit donc pas servir à financer l'exercice du culte.

Riposte laïque, le « poisson pilote » du Front national

Dans son travail de faussaire laïque, le FN dispose désormais, depuis plus d'un an, d’un poisson pilote. C’est un petit laboratoire idéologique artisanal qui lui fabrique des concepts, qu’il recycle ensuite, à plus grande échelle. Certes, il n'est pas composé d'adhérents du FN, mais qu'importe, c'est pour ce parti que, consciemment ou non, il fait son job. Sur le thème de la laïcité, le « laboratoire de petits chimistes pour idées FN », c’est un groupe nommé, à tort, Riposte laïque. Convenons-en. Ce nom leur va très mal. Car Riposte laïque n’est pas laïque, rien à voir, tout comme une République islamique n’est pas une République. Certes, des mots sont identiques, mais le sens est radicalement différent.

Depuis quelques années, les militants de Riposte laïque (une dizaine de personnes qui animent un journal en ligne du même nom) mènent ce qu'il faut nommer une véritable croisade visant à regrouper tous ceux qui luttent de façon obsessionnelle contre la présence de musulmans en France. D'où vient cette râge ? je l'ignore. Je constate seulement que pris dans la folie d'une colère qui pouvait être juste au point de départ (le refus de l'intégrisme musulman) ce groupe est devenu aujourd'hui la pointe avancée des théories néoconservatrices du "choc des civilisations". Ils mènent une croisade anti-islam. Cela n'a plus rien à voir avec la laïcité inspirée des lumières.

Annales_Assises_18_dec_2010_islamisation.jpgC’est eux, avec des groupes d'extrême droite antirépublicains comme Bloc Identitaire, qui ont organisé le 18 décembre 2010 des Assises internationales sur l’islamisation dans le 12e arrondissement de Paris. J’avais appelé à manifester contre elles et cela m’avait valu bien des insultes (et même des menaces de mort sur les commentaires de mon blog) de quelques excités. Depuis, certains m'envoient des lettres anonymes d'insultes à la Mairie du 12e. Qu'ils continuent, j'en fais de magnifiques avions qui plannent jusqu'à ma corbeille.

Le B’nai Brith, jadis cible privilégiée de Jean-Marie Le Pen

De ces « Assises », Riposte laïque a fait un livre. Jusque là, la promotion de cet ouvrage était faite essentiellement sur Radio Courtoisie ou dans des locaux de groupes d’extrême droite. Logique. Mais, j’ai lu que les deux principaux auteurs étaient aussi invités à le dédicacer au prochain salon du livre du B’nai Brith qui se tiendra le 13 novembre à la Mairie du 16e arrondissement à Paris. C'est ce qui est écrit sur le site Riposte laïque. J’en suis resté sidéré. J’avoue très mal connaître ce qu’est le B’nai Brith. La première fois de ma vie que j’ai entendu ce nom, c’était dans la bouche de Jean-Marie Le Pen, en 1988 je crois. Il dénonçait alors violement les responsables du B’nai Brith. Il les montrait comme le masque d’une « judéo maçonnerie », qui luttait publiquement et souterrainement contre lui. Vu sous cet angle, cela me les avait rendu sympathique. Ces années là, le B’nai Brith avait manifestement demandé aux candidats à l’élection présidentielle de refuser toute alliance avec le FN. D’où la fureur de Jean-Marie Le Pen. Depuis, après quelques recherches sommaire, j'ai appris que le B’nai Brith est une association communautaire, effectivement de modèle maçonnique, regroupant des concitoyens de confessions juives dont les objectifs, parmi d’autres, sont « la défense des droits de l’homme et de la fraternité et la lutte contre l’enseignement de la haine ». Fort bien.

BBM_cover_450x561.jpgLe B’nai Brith est-il d’accord avec les thèses de Riposte laïque ?

Dans ses conditions, que vient faire une dédicace du livre de Riposte laïque dans son salon du livre ? Inviter des auteurs pour une dédicace revient à mettre en valeur leur livre, en faire la promotion. Mais, les responsables parisiens du B’nai Brith ont-ils lu le livre de Riposte laïque ? Sont-ils d’accord avec les thèses qui y sont défendues (lire ma lettre ci jointe sur le contenu de cet ouvrage) ?

Je n’ose le croire mais si c’était le cas, j’en serai indigné.

Ma lettre à Claude Goasguen, Député-Maire du 16e

N’ayant aucun contact direct ou indirect avec les responsables du B’nai Brith pour vérifier si cette invitation est bien réelle, j’ai donc décidé de m’adresser il y a près de deux semaines au Député-Maire UMP du 16e, M. Claude Goasguen. Je lui ai rédigé une lettre de quatre pages dans laquelle je cite plusieurs passages de cet ouvrage. Il m’a semblé indispensable d’être précis. Lisez là.  Je la publie ci-après. J’invite chacun à la lire pour comprendre ce qu’est réellement Riposte laïque et ce que je reproche à cet ouvrage particulier. Deux heures après avoir reçu ma lettre, M. Goasguen m’a fait appeler par son Directeur de cabinet qui m’a assuré que le Maire du 16e avait attentivement lu mon courrier et qu’il en partageait le contenu. Il avait donc pris séance tenante la décision de demander aux responsables du B’nai Brith de ne plus inviter les responsables de Riposte laïque pour une dédicace lors de leur salon du livre à la Mairie du 16e. Je ne peux que me féliciter de la prise de position de M. Goasguen.

goasguen.gif
Cliquer sur la lettre pour télécharger le pdf

Trois  questions et remarques

Ma lettre date de près de deux semaines, j’attends que tout cela se mette en œuvre concrètement. Riposte laïque affirme toujours sur son site qu'ils seront présent le 13 novembre au salon du B'nai Brith. Manifestement, personne ne les a prévenu que le Maire du 16e, suite à mon courrier, ne souhaitait plus leur présence.

Quelques remarques pour terminer.

1) Comment a-t-on pu en arriver là ? Comment est-il possible que le B’nai Brith invite Riposte laïque qui répète à longueur de ses articles publiés sur son site que « seule Marine Le Pen et le FN défendent la laïcité » ? Qui, au B’nai Brith, fait le lien avec ce genre de groupes ? J’espère qu’une discussion serrée s’engagera au sein du B’nai Brith pour que ces relations s’arrêtent. Je suis disponible pour les rencontrer et leur faire partager mes opinions (A bon entendeur.. s’ils me lisent).

2) Il est possible toutefois qu'en réalité en 2011 Riposte laïque n'est pas (ou plus) invité. La mythomanie fait souvent bon ménage avec le mensonge, (encore que je considère les gens de RL comme des militants sérieux). Si c'est le cas, je crois utile que le B'nai Brith clarifie les choses et demande à Riposte laïque de cesser immédiatement d'écrire sur leur site qu'ils seront présents au 15e salon du livre. Cette ambiguïté doit cesser.

3) J'ai découvert également qu’en 2009 et 2010, Riposte laïque avait déjà été invité par le B’nai Brith. J’en suis stupéfait. Pourquoi faut-il que ce soit moi, Conseiller de Paris du 12e et secrétaire national du Parti de Gauche, qui, en 2011, en informe ceux qui les reçoivent chez eux ?

4) Malgré mes relances, depuis deux semaines, le Maire du 16e ne m’a toujours pas répondu par écrit à ma lettre. Son Directeur de cabinet s’y était pourtant engagé plusieurs fois. Il est sans doute débordé par d’autres tâches. Mais j’y tiens. Pour la clarté du débat, cette prise de position écrite me semble importante. Elle doit avoir une vertu pédagogique. Il faut expliquer publiquement en quoi Riposte laïque n’est pas le bienvenu dans un tel salon du livre. Il faut expliquer, avec des arguments rationnels, en quoi Riposte laïque ne participe pas "à la lutte contre l'enseignement de la haine".  Je serai donc très sensible à la réponse de M. Goasguen.

« Les mots ne sont que l’ombre des actes »

Pour conclure momentanément, j’invite chacun à lire, ou relire, le livre de Pierre Birnbaum « La France aux Français – Histoire des haines nationalistes » (paru aux éditions Seuil en 2006). Vous y retrouverez, avec un vocabulaire quasi identique à celui qu’on entend en 2011 contre les musulmans, plusieurs extraits des discours antisémite de la fin du 19e siècle et du début du 20e. Déjà une extrême droite dénonçait avec férocité « la finance juive ». Aujourd’hui d’autres dénoncent « la finance islamique ». Certains vociféraient contre « la France enjuivée », d’autres parlent à présent de « collabos » qui laissent « la France s’islamiser ». Georges Valois, qui sera peut être le premier fasciste français, dénonçait déjà en 1911 « la déchristianisation de la France ».

Les mêmes mots, les mêmes idées…les mêmes conséquences ?

Restons vigilant. Le poète a écrit « les mots ne sont que l’ombre des actes ». C’est là tout l’enjeu. Derrière des mots de haines, il y a parfois des actes… La tragédie norvégienne de cet été a fait encore éclater cette triste vérité.

« Les mots ne sont que l’ombre des actes… » et méfions nous de ceux qui veulent en changer le sens des mots



Dernière minute : Quand M. Goasguen donne raison au PG !


J'ai reçu hier cette réponse de M. Claude Goasguen, Député Maire du 16e. Je ne peux qu'être satisfait que, lui aussi, ne souhaite pas voir les responsables de Riposte laïque participer au salon du livre du B'nai Brith qui se tiendra le 13 novembre. Fort bien.

courrier-salon-du-B-nai-Brith.jpg

Je n'ironiserai pas sur le fait que cela fait deux ans qu'ils sont invités, sans que cela ne gène personne. Il aura donc fallu que je mette la lumière sur cette présence pour qu'elle devienne inacceptable. Pourquoi pas ?

Cela confirme l'utilité des élus du PG... Je me réjouis que cela soit confirmé par M. Goasguen en personne.