« Augmenter le SMIC est une mauvaise mesure » Qui parle ainsi ? L’UMP ? Le Medef ? Non, c’est Marine Le Pen Présidente du FN, sur le plateau de Public Sénat, qui adresse ainsi un bras d’honneur à plus de 13% des salariés français payés au SMIC, c’est à dire seulement 1135,99 euros de salaire net.

« La nationalisation temporaire des banques ne doit s'effectuer que si les banques sont en très grave difficulté. Ce n'est pas ce qu'a fait la Grande-Bretagne ? La Grande-Bretagne est considérée comme un pays d'extrême gauche ? C'est un pays libéral! » Qui parle ainsi ? C’est toujours Marine Le Pen qui défend là une vision libérale assez classique, rien contre la finance, mais où l’on nationalise si nécessaire les pertes de cette dernière.

C’est deux exemples, parmi d’autres, démontrent une nouvelle fois que le programme économique et social du Front National n’a rien à voir avec celui du Front de Gauche.

Ceux qui répètent cela, tant du côté de l’UMP que dans des médias peu rigoureux, font le jeu du FN et le banalise. En réalité, rien n’a changé, Marine Le Pen demeure la présidente d’un parti d’extrême droite, comme son père avant elle. Preuve supplémentaire de cette continuité, Jean-Marie Le Pen vient de répéter publiquement que l’existence des chambres n’était qu’« un détail de l’histoire » et il demeure Président d’Honneur du FN.

Geler le SMIC, sauver les actionnaires des banques, l'oligarchie peut dormir tranquille, Le Pen veille sur ses intérêts.