J’étais hier soir l’invité de BFM TV pour réagir à un nouvel appel d’associations de patrons, publié dans le Journal du Dimanche (JDD). Face à moi, il y avait M. Stanislas de Bentzmann, président de l’association patronale Croissance Plus.

Pour ceux qui n’auraient pas lu cette lettre patronale (on peut la consulter en cliquant ici), je la résumerai en quelques mots : « Encore une tournée M’sieur Hollande ! ». En effet, sur le mode des alcooliques accrochés au bar, qui ne savent jamais s’arrêter de boire, une fraction du patronat demande que l’on continue encore et encore les mêmes politiques que celles menées depuis les années 90 et qui n’ont jamais eu la moindre efficacité contre le chômage et la baisse du pouvoir d’achat. Leur obsession est simple, leur credo usé jusqu’à la corde : baisser les cotisations (qu’ils appellent « charges »), affaiblir le Code du travail (ce qu’ils appellent rendre « agile »).  Le choix des mots de cette fixette idéologique a son importance. Bienvenu dans le domaine de la com’ libérale. Les gros malins ont la parole. Qui est pour supporter des « charges » ? Qui n’est pas pour être « agile » ? A priori évidemment personne. Mais concrètement, quels sont les effets positifs de ces politiques économiques menées depuis plusieurs décennies ? Aucun. Où sont les bilans de ces politiques désastreuses ? Depuis la mise en place du « Pacte de responsabilité » (cliquer ici) voulu par François Hollande, le chômage a continué sa progression, malgré le fait que cela coûte chaque année 21 milliards d’euros et à terme 40 milliards, aux contribuables. Pourtant, M. Pierre Gattaz avait promis de créer 1 million d’emplois, qu’il affichait même sur un pin’s resté célèbre…  Il a bien pris l’argent (et cela a profité surtout à la grande distribution qui a reversé une bonne part à ses actionnaires), mais n’a pas créer d’emplois (et s'est autorisé quelque augmentation de son propre salaire). Aussi, une question légitime est posée : quand compte-t-il rendre des comptes aux contribuables ? Décidement, ce patronat parasitaire coûte cher aux finances publiques.

 A l’inverse de ces rengaines libérales irresponsables, vu et revu, pour vaincre le chômage il faut garnir les carnets de commande des entreprises en assurant surtout une consommation populaire, rendu possible en augmentant les salaires et notamment le SMIC (que nous proposons à 1 500 euros pour simplement rattraper la parte du pouvoir d'achat depuis 25 ans). Il faut aussi une relance des investissements publics (pour mettre en œuvre la transition écologique, l’entrée en mer où se trouve l’économie du futur, la construction de logements décents, etc..), définanciariser l’économie, un protectionnisme solidaire et aller vers une baisse du temps de travail (application des 35 heures et retraite à 60 ans). J’arrête là.


Alexis Corbière invité sur BFMTV à propos de l... par lepartidegauche

Je vous laisse écouter l’échange de quelques minutes que j’ai eu hier avec ce responsable patronal, toujours trop court. Ce dernier a le mérite de la franchise. Quand je lui fait remarquer que la part de dividendes reversée aux actionnaires l’an dernier a augmenté de 30 %, il me rétorque qu’il trouve logique de reverser toujours plus à ses actionnaires, qu’il nomme « les investisseurs ». Chacun jugera de l’utilité d’une telle utilisation de ces baisses de cotisations réclamées à grands cris. Je souligne au passage que sa référence répétée au Danemark mérite que chacun connaisse la réalité et la totalité de la fiscalité danoise (où en plus par exemple la durée de temps de travail hebdo est de 34,3 h/semaine, etc), et dont je doute que ce monsieur veuille réellement s’inspirer.