arnaud-montebourg-alors-ministre-francais-de-l-economie-a-la-42e-fete-de-la-rose-de-frangy-en-bresse-en-saone-et-loire-le-24-aout-2014_5401621.jpgDécidément Clio est bien joueuse et l’étude de l’Histoire est toujours pleine d’humour. Alors qu’il quittait le Ministère de l’économie et du redressement productif, en septembre 2014 dans les conditions que l’on connaît, Arnaud Montebourg s’était comparé à Cincinnatus, ce Général romain connu pour s’être retiré sur ses terres, afin de les cultiver, après avoir emporté de nombreuses victoires militaires. Par cette référence historique, Montebourg voulait symboliser son retrait de la vie politique et son désintéressement le plus total. Vu de loin, l’image (déjà utilisée par beaucoup d’autres avant lui) était belle. Mais l’histoire nous apprend aussi que Cincinnatus était un ultra-conservateur qui refusait la démocratisation de la République, et que pour faire face à une révolte de la plèbe, les sénateurs désemparés revinrent le chercher dans sa retraite pour qu’il rétablisse leurs pleins pouvoirs et empêche tout changement. Il leur répondit positivement en acceptant le poste de dictateur pour une durée de 6 mois. Est-ce le rôle que réserveraient à l'ancien ministre quelques notables socialistes dans ce moment de forte contestation sociale et de grand désarroi solférinien ou tout paratonnerre pouvant éviter que la foudre ne frappe trop fort est très recherché ? Je taquine bien entendu, la comparaison s'arrête là et notre héros du jour n'a, il est vrai, guère de grandes victoires à son actif.

Il n’empêche. Le personnage m'intéresse. Mais j’ai du mal à comprendre où va Arnaud Montebourg et à quelle cause désormais il utilisera ses réels talents si il croit sincèrement à ce qu’il a dit encore aujourd’hui en Bourgogne ? Je ne veux faire aucun procès d'intention, mais d'abord je m'interroge encore sur la façon dont il a évoqué "les deux France, celle qui va bien et celle qui va mal" pour préciser immédiatement : « Chacune de ces deux France devra être entendue, mais aucune des deux ne devra éviter des concessions à l’autre. Il s’agit de construire des compromis gagnants pour tous (…) Ce projet devra s’inspirer de certaines valeurs. Il ne niera certainement pas ce que nous sommes, nous qui sommes des hommes et des femmes de gauche. »

Je désapprouve totalement, cette vision des choses préparant pour demain ceux qui souffrent à continuer encore à faire des sacrifices. Tout cela est inquiétant, mais manque singulièrement de précision. Nous verrons. Je juge sur les actes et j’avoue avoir une certaine affection, pour son lyrisme oratoire, et pour bien de ses prises de positions politiques du passé (à l'inverse, sur le plan tactique quel piètre stratège. La victoire de Hollande contre Martine Aubry et la nomination de Manuel Valls comme Premier Ministre, c’est lui !). En même temps soyons franc, puisque j’ai rendu à Cincinnatus ce qui est à Cincinnatus, rendons aussi à César ce qui est à César. La plupart des thèmes « montebourgeois » qui font l'essentiel de son charme politique (la 6e République, la critique de l’UE, etc..) sont directement puisés, souvent au mot près,  dans les combats anciens et présents menés par Jean-Luc Mélenchon et ce fut encore le cas dans le discours qu'il a prononcé ce jour (pas sur tout néanmoins).

Aussi, je dois reconnaitre ma perplexité, à l’heure où dans l'opinion publique progresse à grand pas la proposition de candidature Mélenchon à l’élection présidentielle de 2017, (et qui peut même être au deuxième tour), à quoi servent les éternels « petits pas » d’Arnaud Montebourg ? Reconnaissons que pour aller loin, c'est très contre-productif. A quoi rime cette technique de communication minimaliste, totalement décalée et subliminale, si professorale et si peu utile pour la lutte, ne renforçant en rien l’action concrète de centaines de milliers d’entre nous qui s'engagent depuis des mois par exemple contre la loi El Khomri ? Chaque manifestant de ces dernières semaines se soucie comme d’une guigne des « cartes postales » (c'est ainsi que les communicants nomment ce genre de messages réguliers, qui ont pour principale fonction de donner des nouvelles sans trop en dire) de M. Montebourg qui risquent seulement d’apparaître, à force de faire du sur-place, comme des messages terriblement lassants et uniquement timbrés.

Quel intérêt donc, comme l'a fait le député PS Christian Paul à la tribune du Mont Beuvray, d’appeler de ses vœux la mise en place d’une primaire de "toute la gauche", c'est à dire avec François Hollande ? Pourquoi les propos sibyllins de Montebourg , après avoir tant critiqué l'actuelle scène politique,  semblent aussi valider cette requête ? Sans qu'il en ait parlé lors de son discours, il précise ensuite au micro du Grand Journal de Canal + :"Si il y a des primaires, il est possible d'organiser un rassemblement. Si il n'y en a pas, cela devient un risque de division et d'élimination programmée." Comme tout cela est sinueux et confus. Certes Montebourg appelle à bâtir un projet (artifice souvent utiliser par ceux qui tergiversent) mais cet appel à la primaire, même alambiqué et hors tribune, a pour conséquence, que si elle avait lieu et si le Président de la République actuel l’emportait, Arnaud Montebourg s’engage à le soutenir. La question du candidat qui porte le projet n'est donc pas secondaire, contrairement à ce qui a été sous-entendu au Mont Beuvray. A mes yeux, cette supplique pour une primaire aux vieux appareils, à commencer par celui du PS, tombe totalement à plat. Elle met à distance bien des énergies disponibles qui veulent rudement sanctionner la politique actuelle du gouvernement, mais qui n'iront jamais débattre et se réunir dans le cadre de cette primaire, avec ceux qui mettent en œuvre la politique actuelle de régression sociale.  Dès lors, se mettre ainsi dans les mains de François Hollande, et de ses astuces, est une erreur fondamentale. La solution est désormais dans l'appel au peuple, aux abstentionnistes... Elle n'est pas dans un appel incantatoire à réunir toute "la gauche", qui serait irrémédiablement minoritaire, et dans un hypothétique candidat de Mélenchon à Macron qui ne peut exister que par la ruse et l'ambiguïté. On ne réunit pas l'eau et le feu. De toute façon, cette primaire n'aura jamais lieu, tout le monde le sait, alors pourquoi perdre autant de temps ? Il est faux de dire que la problème de la gauche viendrait d'un "trop plein" de candidats. Non, le problème est la politique de MM. Hollande et Valls, et les députés qui la soutiennent. Et je ne comprends donc toujours pas pourquoi l’existence de la proposition Mélenchon, dont chaque intelligence de bonne foi peut constater la dynamique, semble hors champs de la réflexion de Montebourg et ses amis (qui je le rappelle n'étaient que 200 à se réunir cet après-midi, maigre assistance qui devrait ouvrir les yeux à certains pour juger où se trouve le vrai force en dynamique). Pourquoi ce sectarisme à notre encontre ? Montebourg considère-t-il sérieusement que Jean-Luc Mélenchon est un candidat sans projet et sans proposition ? Au quelle fin ? J'informe son entourage qui l'ignore, qu'il existe une vie au dehors du PS. Oui, oui, j'y vis d'ailleurs et l'on y respire un air bien meilleur. Les fins "stratèges" (dont certains il y a 5 ans étaient de fervents strauss-khaniens.. allez comprendre) du Mont Beuvray peuvent ils l'entendre ? Cela semble bien difficile. Bref, tout cela est assez regrettable et assez confus. Gare donc, le « made in France » risque de devenir du « made in flou ». Et finalement, à qui tout cela profite-t-il, si ce n’est à François Hollande lui même, parce que cela anesthésie des opposants potentiels, ou indirectement à Emmanuel Macron qui semble être l’alter égo de la démarche de Montebourg ? Mais, dans le cas présent, on voit surtout des égos, et bien peu d’alter.

XVM67f73e7c-1b74-11e6-a985-d0b6a778f03c.jpgCe n’est pas cela dont le pays qui souffre a besoin. Je rappelle quelques grandes lois politiques, la force va à la force et les hésitants confortent les hésitants dans leurs hésitations. Le reste n’existe pas et comme la nature, la politique a horreur du vide. Le « j’y vais, j’y vais pas » stérilise d’éventuelles énergies qui pourraient nous être utiles, notamment dans la réussite de notre grand rendez-vous des Insoumis du 5 juin (place Stalingrad à Paris). Notre combat pour que le peuple exerce sa pleine souveraineté, n’a guère besoin, d'opposants au gouvernement qui ne veulent pas sa chute, ni de frondeurs qui passent leur temps à dire « Retenez nous, ou l’on fait un malheur », et  finalement ne font rien, ni de candidat virtuel qui aimerait être sûr d’être élu pour se décider à se lancer dans la bataille. C’est lassant. Fraternellement, je dis donc à tous, ouvrez les yeux et venez renforcer ce qui existe et qui fut si difficile à construire. Sans quoi, ce qu'ils font, même sous le vernis d’un discours critique, n'aidera que François Hollande à se maintenir au centre du jeu, puisque personne n'incarnera une solution perceptible pour des millions de nos concitoyens si loin des petits jeux subtils et des œillades. Certes, cela nécessite un peu de tempérament, mais je veux croire  que c’est le cas de beaucoup des gens rassemblés ce lundi.

Sans quoi, pour l'échéance de 2017, le rôle d’Arnaud Montebourg sera in fine, de geler des énergies précieuses qui pourraient être utiles, et de permettre à quelques notables solferiniens bousculés par la plèbe, d’essayer de survivre politiquement quelques mois encore. Cincinnatus version 2016. Mais, comme l’aurait dit Hegel, la première fois comme une tragédie, la seconde fois comme une farce.

Je veux croire qu'Arnaud Montebourg saura rejoindre au plus vite ceux qui sont déjà engagés dans la bataille et qui ne temporisent pas. Assez d'hésitations.