Le combat écologique est au coeur de la raison d'être du Parti de Gauche. Sur le terrain de l'écologie politique et sociale, nous sommes au premier rang de toutes les luttes. Dans un prochain billet, je vous raconterai le bras de fer que j'ai engagé pour un Règlement Local de Publicité (RLP) le plus favorable à chaque parisien (voir dépêche AFP) . Cela m'a occupé durant toute l'après-midi d'hier. Dans cette bagarre (car il ne faut pas être naïf, cela en est une), je fais front avec les élus Verts de Paris. Nous bouclerons nos travaux le 11 février. J'y reviendrai une fois terminé. Mais, ce matin, sur un autre sujet, debout dès potron-minet, j’étais avant 8h du matin au 22 avenue de Matignon (devant le désormais célèbre bâtiment occupé par le « Collectif Jeudi noir ») pour rejoindre une action à propos de l’extraction des gaz de schiste, qui va débuter en France sous peu.

 

Le gaz de quoi, vous demandez vous songeur ? Pauvre ignorant (à dire vrai, je n'en avais jamais entendu parler il y a encore une semaine). Pour vous répondre, je m’appuie sur un excellent article de l'hebdomadaire Politis de cette semaine (abonnez vous !). Le gaz de schiste est du gaz naturel emprisonné dans la roche sédimentaire entre 1 500 et 3 000 m de profondeur. Très onéreuse, l’extraction de ce gaz devient possible grâce à l’évolution des techniques de forage, et rentable du fait de la hausse du prix des hydrocarbures. Aux Etats-Unis, cette exploitation a déjà commencé depuis quelques années. Par exemple, en Pennsylvanie, sur une zone de 300 km, 2 109 puits ont été creusé, y compris dans des parcs naturels.

 

Alors, où est le problème vous interrogez vous ? Ils sont nombreux. Mais, l’essentiel est que la fracturation hydraulique nécessite énormément d’eau : entre 10 000 et 20 000 m3 selon les estimations (soit près de 10 à 20 millions de litres !). C’est l’équivalent de la consommation quotidienne d’une ville de 40 000 habitants. Et les nappes phréatiques, les cours d’eau peuvent être contaminés à la fois par le méthane libéré par la fragmentation et par les produits chimiques utilisés.

 

Bon, jusque là, en France, concernant toute exploitation des sols, la réglementation était plus sévère qu’aux Etats-Unis. Mais précisément, les choses sont en train de changer. Le 19 janvier, le Ministre Eric Besson vient d’annoncer une ordonnance visant à « simplifier » le code minier. Il a précisé : « Attendu depuis longtemps par la profession, le nouveau code facilitera la valorisation des ressources du sous-sol français ». En d'autres termes, pour ceux qui n'auraient pas compris, on va rendre plus facile le profit et l'exploitation de biens naturels, qui sont théoriquement la propriété de tous. Un détail, les élus locaux n'auront jamais leurs mots à dire. Voilà, la "démocratie" selon le gouvernement UMP.

 

Ce matin donc, nous étions une centaine de personnes, dont une bonne moitié de militants du PG-Paris, avec nos amis du Collectif « Sauvons les riches » et d’Europe Ecologie – Les Verts. Concernant le Parti de Gauche, l’action avait été magnifiquement organisée (une nouvelle fois) par l'énergique Danielle Simonnet et l'infatigable Manu Bompard, tous deux Secrétaires nationaux du PG. Comme moi, Pascale Le Néouannic, la Présidente de notre Groupe Front de Gauche et Alternatifs au Conseil Régional Ile-de-France était du déplacement, et comme moi mal réveillée mais très contente d’être là.

 

La force de ce type d’action, "d’agit-prop" disait-on dans les années 70, en même temps que leur aspect volontairement joyeux et un brin potache, est sa dimension pédagogique et spectaculaire. Beaucoup de médias avaient le déplacement (Canal +, les Inrocks, 20 Minutes, LCP, etc..). Notre objectif est d’abord de demander qu’il y ait un débat public sur une telle question. N’est-ce pas la moindre des choses ? Le citoyen n’a-t-il pas le droit de s’exprimer sur de tels sujets ? Au minimum d'en être informé ? Il nous semble que oui. La publicité des débats, et l'explication de leurs enjeux sociaux et écologiques, nous apparaît comme une arme redoutable, que n’aiment pas du tout ceux qui font du profit, généralement fort discret. C’est pourquoi, notre sympathique bande, s’est rendue avec drapeaux et fumigènes devant l’Hôtel Mariott sur les Champs Elysées pour faire du bruit, le plus de vacarme possible. Là, dans cet Hôtel de luxe, se réunissaient les principales sociétés d’extractions venues notamment pour échanger et débattre sur les techniques qu’elles utilisent. Des forces de police conséquentes nous ont bloqués l’accès de l’hôtel, nous empêchant de discuter avec les représentants de ces différentes sociétés. Dommage. A vrai dire, nous nous y attendions. Aussi, un faux forage (mais avec un authentique marteau piqueur) a été fait sur le trottoir, sous nos applaudissements, encouragé par notre slogan : « Gaz de schiste, non merci !».

 

Toute cette affaire est une nouvelle illustration que la logique du capitalisme est incompatible avec l’Ecologie et la défense de nos ressources. Leur soif du gain est sans limite. Ils en feront crever la planète s’il le faut. Ce capitalisme dont Karl Marx disait qu’il « épuise les hommes et la nature ». Comble d’ironie, bien symptomatique du sarkozysme, parmi les sociétés qui vont profiter de ces nouvelles capacités d’extraction on retrouve Toreador.SA. Cela ne vous dit rien ? Normal. Son activité est assez discrète en France. Mais, si je vous dit qu’à la direction de cette entreprise on retrouve M. Julien Balkany (le demi frère de Patrick Balkany, très proche de Nicolas Sarkozy) la coïncidence prend une autre saveur, n’est-ce pas ? Faut-il que je vous rappelle que c'est déjà un fils Balkany qui a profité, il y a quelques mois, de la libéralisation du marché du jeu de poker en ligne... Un hasard, n'est-ce pas ?

 

Et oui, il n’y a pas qu’en Tunisie, que des clans proches de la famille au pouvoir s’enrichissent douteusement. « Ben Ali, dégage ! » a crié le peuple tunisien. « Sarkozy, dégaze ! » pourrait être repris dans l’hexagone. Au passage, après avoir lu le Canard Enchainé ce matin, je dois dire que si ce qui est dit sur la Ministre des Affaires Etrangères, Mme Michèle Alliot-Marie, est exact, c'est un scandale énorme : "Alliot-Marie, dégage !". C'est une étape nouvelle (et sans doute pas la dernière) dans la profonde crise morale qui frappe ce régime. Comment un Ministre (des affaires étrangères de surcroît) peut-il accepter de voyager gratuitement, dans un avion privé appartenant à une société étrangère, liée à un pouvoir dictatorial ?

 

C'est la même logique en oeuvre que dans le cas du Gaz de Schiste. L'arrogance et l'aveuglement des puissants les amènent à commettre les actes les plus grossiers, les plus mesquins. Nous ne laissons pas faire sans protester haut et fort. Pour plus de précisions, je vous publie le communiqué du Parti de Gauche, rédigé notamment par Corinne Morel-Darleux, notre secrétaire nationale chargée du combat écologique, qui suit tout cela de très près.

 

Nouveau cadeau du gouvernement aux gaz de schiste !

 

En pleine montée de la contestation citoyenne contre les permis d'exploration de gaz de schiste accordés par le Ministère de l'Ecologie aux multinationales de l'énergie, une décision essentielle vient d'être prise sur le Code Minier ce 19 janvier 2011 en Conseil des Ministres.

 

Quelle heureuse coincidence pour les lobbies gaziers et pétroliers ! Le gouvernement vient en effet de présenter une ordonnance "portant codification de la partie législative du code minier". Voilà qui devrait permettre aux Total, GDF Suez et autres Schuepbach d'aller chercher encore plus facilement les gaz de schiste en forant à grands coups de produits chimiques et de quantités d'eau astronomiques, de pollutions et de contamination des eaux et des sols !

 

"Cette ordonnance, prise sur le fondement de la loi du 12 mai 2009 de simplification et de clarification du droit et d’allègement des procédures, est l’occasion de moderniser et de simplifier les dispositions applicables aux exploitations minières en veillant à leur intégration dans l’environnement et à l’association des parties prenantes dans l’attribution des titres miniers. Attendu depuis longtemps par la profession, le nouveau code facilitera la valorisation des ressources du sous-sol français."

 

"Moderniser" et "simplifier", voila deux mots inquiétants de la part d'un gouvernement ultra libéral... Le danger est grand que de nouvelles facilités pour l'industrie extractiviste soient plus ou moins discrètement glissées dans ce nouveau texte.

 

Le Parti de Gauche y sera vigilant et demande l'arrêt immédiat de toute exploration à des fins d'exploitation des gaz non conventionnels sur le territoire français et la tenue d'un véritable débat public sur les nouveau choix énergétiques à engager d'urgence face aux enjeux écologiques.

 

 

PS : Sur un tout autre sujet, je vous communique le lien du blog de mon collègue Fabrice Moulin, adjoint au Maire PRG du 12e arrondissement. Si, avec Fabrice, nous sommes souvent en désaccord sur bien des terrains, il n'en reste pas moins qu'il est un allié fidèle dans le combat laïque. Dans son dernier billet, il raconte quelques épisodes du dernier Conseil d'arrondissement du 12e, et il rend compte d'une prise de position que nous avons pris ensemble, contre un voeu de l'UMP...

 

18h50 - Dernière minute !

 

Je publie in extenso ce dernier communiqué du PG qui vient juste d'être rédigé, suite à une annonce de la Ministre. Belle démontration que la lutte paye, mais ce n'est pas fini, loin de là.

 

Gaz de schiste : premier recul du gouvernement, première victoire !

 

Alors que ce matin encore les militants du Parti de gauche ont participé de l’initiative pour dénoncer la conférence européenne des industriels sur les gaz de schiste, avec le collectif Sauvons les riches et d'EELV à Paris la mobilisation connait sa première victoire !

 

La ministre Nathalie Kosciusko Morizet vient en effet de commander un rapport sur les impacts environnementaux des gaz de schiste. C'est un progrès. Il en reste à faire.

 

En effet, nous ne croyons pas à une "exploitation propre" des gaz de schiste, comme l'a demandé la Ministre. Comment pourrait elle l'être, quand il faut des routes, des camions, que l'exploitation libère des gaz à effet de serre et nécessite des quantités astronomiques d'eau ? On le voit déjà aux Etats Unis et au Canada, l'exploitation des gaz de schiste pollue les nappes phréatiques et les sols. Et cela commence dès la phase d'exploration !

 

 Encore un petit effort, Madame la Ministre, si vous voulez de l'énergie "propre", imposez l'arrêt total de toute exploration et réorientez les efforts du gouvernement vers la sobriété, l'efficacité et les renouvelables !

 

Pour le parti de gauche le sous sol n’est pas affaire d’experts et surtout pas à laisser aux mains des profiteurs du CAC 40...

 

Le Parti de Gauche reste mobilisé dans ce sens et sera des prochains rendez vous citoyens et militants contre les gaz de schiste. Ni ici, ni ailleurs !