avignon2.jpgDrôle de climat dans notre pays. Ce matin j'étais interrogé sur RMC pour exprimer ma position à propos d'un rassemblement chrétien à Nantes. Je vois d'un oeil inquiet cette volonté croissante de la part de certains cultes de "reconfessionnaliser" l'espace public. Soyons vigilant. Les incidents qui ont eu lieu à Avignon ces derniers jours sont aussi symptomatiques de cette ambiance lourde. Avec ma camarade Pascale Le Néouannic nous avions rédigé une tribune afin qu'elle soit publiée dans un grand quotidien. Finalement, elle n'a pas été retenue. Je la publie sur ce blog.

Les manifestations et les actes de violences portées contre les œuvres de l’artiste américain Andres Serrano exposées à Avignon, notamment sa désormais célèbre photographie « Piss Christ », doivent tous nous amener à un constat brûlant : on a jamais eu autant besoin de laïcité.

En écrivant cela, nous ne faisons pas référence à cette laïcité à géométrie variable, dont le gouvernement actuel et les dirigeants UMP nous ont fait la démonstration ces dernières semaines. C’est d’ailleurs l’inverse. Nous les considérons même comme principaux responsables de ce climat détestable, où l’on ne cesse de parler de religion plutôt que des problèmes sociaux. avignon1.jpgC’est là l’origine de ces actes inquiétants qui viennent s’ajouter à d’autres. La droite gouvernementale est responsable. Sa façon obscène de tout mélanger, de tout amalgamer, de montrer du doigt une certaine partie de nos concitoyens de confession musulmane tout en exaltant « les racines chrétiennes de la France » ont sonné comme un encouragement pour les plus radicaux et exaltés des différents cultes concernés.

Chauffés à blanc par toutes les déclarations provocatrices, y compris provenant du Président de la République, les « fous de dieu »,  très minoritaires mais bien actifs et influents, fourbissent leurs haines et croient que l’heure est venue de sortir dans la rue afin d’interdire, ici une œuvre, là le droit à l’IVG, ailleurs d’autres libertés. Ces illuminés, en guerre contre la laïcité, trouvent des relais auprès d’autorités religieuses au sein desquelles les courants les plus conservateurs, voire intégristes, ont depuis longtemps retrouvés voie au chapitre. avignon4.jpgDe plus en plus d’ecclésiastiques participent aux « marches pour la vie » encourageant les actions anti IVG. Ces derniers jours, l’évêque d’Avignon a soutenu ceux qui voulaient instaurer un « délit de blasphème ». Les intégristes de toutes les religions semblent avoir le vent en poupe, et le triste spectacle du Vaucluse ne vaut pas mieux que celui de ceux qui jugent tolérable qu’une femme soit entièrement recouverte d’un niqab.

Nous n’oublions pas non plus le rôle de l’extrême droite et des « faux laïques » du FN. Ils sont à la manœuvre et profitent pleinement de cette ambiance nauséabonde. A Avignon, parmi les plus virulents, on retrouve l’association AGRIF (Association contre le racisme anti-blanc et anti-chrétien), dont le vice-président n’est autre que M. Walleyran de Saint-Just, trésorier national du FN et proche de Marine Le Pen. Cette association attaque en justice les organisateurs de l’exposition et, hier la justice les a fort justement débouté.

avignon5.jpgMais, avec une réelle mauvais foi (c’est le cas de le dire), l’AGRIF se considère victime de discrimination, tirant argument qu’à Strasbourg un internaute est poursuivi en justice pour avoir fabriqué une vidéo dans laquelle notamment il brûle un coran et urine dessus. Nous ne connaissons pas tous les détails du dossier, il est possible que cette vidéo renferme de réelles provocations racistes.

Mais soyons vigilant, comparaison n’est pas forcement raison. On peut trouver le travail d’Andres Serrano stupide et gratuitement blessant, mais là n’est pas le sujet. Idem pour ce vidéaste provocateur poursuivi. Le jugement sera rendu le 9 mai, si ce dernier est condamné cela doit être, au nom de la loi de 1972, « pour incitation à la haine raciale » et non parce qu’il s’en saurait pris à un objet jugé « sacré » par certains. Sinon cela reviendrait à instaurer, même de manière indirecte, une forme de « délit de blasphème » rejeté à juste titre au moment du procès dit « des caricatures de Mahomet ».

avignon6.jpgLa République garantit la liberté de culte, les Eglises et leurs fidèles de toutes les confessions doivent accepter les critiques, même lorsqu’elles sont faites sans délicatesse. Soyons clair, seule la laïcité créé un réel espace de liberté qui protège les cultes. Et, c’est au nom de cette liberté qu’est aussi en miroir garantie la totale liberté de création contre tout retour d’une censure…

Revenons aux incidents d’Avignon et à leurs gravités. Pour paraphraser le Ministre de l’intérieur actuel et une de ses récentes provocations, s’il était désormais possible d’interdire une exposition photographique au nom d’une religion, nous aurions « le sentiment de ne plus être chez nous et de voir des pratiques qui s’imposent à nous et qui ne correspondent pas aux règles de notre vie commune ».