Fil des billets - Fil des commentaires

Mot-clé - Conseil de Paris

- page 1 de 2

mercredi, 24 août 2011

août 11
24

Eté 2011 : pas de repos pour la laïcité !

Je rentre de vacances et je suis sur le départ vers Grenoble où nous allons tenir un "Remue Méninges" (c'est à dire une université d'été) où se retrouveront beaucoup de forces engagées dans le Front de Gauche, mais pas seulement. La liste de ceux qui nous font le plaisir d'être là est impressionnante. J'y reviendrai plus longuement pour vous en rendre compte. Dimanche, Jean-Luc Mélenchon conclura nos travaux dans un grand meeting. Près de 3 000 personnes sont attendues.
 
En attendant, je publie sur mon blog un communiqué signé de Pascale Le Néouannic et moi même en réaction à de nombreuses entorses à la laïcité qui ont eu lieu cet été. A bientôt et bonne lecture.

Durant les deux mois d’été 2011, bien des principes laïques ont à nouveau été piétinés dans notre pays.

sarkozy-messe.jpgEn voici quelques exemples, parmi d’autres.

Le 19 juillet, le Président de la République en présence de membres du gouvernement a participé à une messe officielle d’hommage aux soldats français tombés en Afghanistan, à l’Eglise Saint Louis des Invalides.

notre-dame-d-afrique.jpgLe 15 août, le Maire de Marseille a participé, es qualité, au grand pèlerinage de l’Assomption de l’Eglise Notre Dame d’Afrique à Carmoux-en-Provence.

 

ramadan-hdv.jpgLe 24 août, le Maire de Paris organise dans les salons de l’Hôtel de Ville, une manifestation culturelle pour célébrer la fin du Ramadan.

Le Parti de Gauche particulièrement attaché à la défense de la laïcité, telle qu’elle s’est exprimée dans la grande loi du 9 décembre 1905, et le principe de « l’Etat chez lui, l’Eglise chez elle », désapprouve chacune de ses initiatives et tient à rappeler que si la République garantit la liberté de culte, les élus n’ont pas a participer à titre officiel à des cérémonies religieuses. Il tient aussi à rappeler également que la laïcité n’est pas à géométrie variable. Elle doit s’appliquer dans les mêmes conditions, quel que soit le culte concerné.

A ce sujet, les récentes réactions d’un parlementaire UMP ou d’un Conseiller de Paris Nouveau Centre demandant la seule interdiction de l’initiative du Maire de Paris, nous posent un lourd problème. Cette façon d’agiter le mot de laïcité exclusivement contre l’Islam et de rester systématiquement silencieux quand il s’agit des autres cultes ne nous apparaît pas conforme aux principes de la République laïque.

mercredi, 29 juin 2011

juin 11
29

Depuis 2008 à Paris 12e, le « F.M.I. » de Mme Lagarde fut un « Faux Mandat Indemnisé »...

christine-lagarde-transports-cout-avion.jpg

Le Conseil d'Administration du FMI vient de désigner son prochain Directeur général. Sans aucune surprise, dans la mesure où elle était soutenue par les Etats-Unis, Mme Christine Lagarde a été nommée à ce poste.

Pour assumer cette fonction, il va de soi qu'elle va abandonner son poste de Ministre des Finances, et qu’elle va démissionner enfin de l'unique mandat électoral qu'elle ait eu à exercer : celui de Conseillère de Paris du 12e.



A ce sujet, je tiens à rappeler la façon dont elle s'est comportée pendant plus de 3 ans.

DSC07115.JPG Depuis mars 2008, en 35 séances dans le 12e arrondissement, hormis la séance d'inauguration, elle n'est jamais venue. Sa chaise est toujours restée vide. Et, au Conseil de Paris, elle fut l'élue la plus absente, au mieux quelques heures chaque année, à tel point qu'elle fut sanctionnée conformément au règlement de cette assemblée.

Elle avait pourtant répété avant d'être élue : « je siègerai, quoi qu'il arrive ». Mensonge.

Elle a, de plus, toujours méprisé mes nombreuses demandes de démissions, raillant ce qu’elle nommait mon « inélégance », répétant : « je suis très attachée à ce mandat, je l'exercerai jusqu'en 2014 ». Mensonge encore.

Et pourtant, comme tous les autres élus, elle percevait tous les mois une indemnité de Conseillère de Paris de 3 000 euros nets par mois. Pour Mme Lagarde, ces 3 ans furent une sorte de « FMI : Faux Mandat Indemnisé », inutile pour les parisiens qui lui avaient fait confiance.

Je rappelle donc que j'ai dénoncé souvent ce comportement car j’ai considéré qu’il risquait de jeter un discrédit sur tous les élus parisiens, de droite comme de gauche, qui essayent d’exercer leur mandat sérieusement.

Finalement, ce comportement de Mme Lagarde m’apparaît comme une illustration d’un manque de respect élémentaire de la souveraineté populaire et de la démocratie.

Pour être Directrice du FMI, ses défauts ont été vus comme des qualités. Qui sait ?

samedi, 15 janvier 2011

janv. 11
15

Hommage à Vincent Casa...

C’est avec une réelle émotion que je viens d’apprendre le décès de M. Vincent Casa, adjoint au Maire du 12e  de 1995 à 2001, puis élu d’opposition depuis cette date.

 

L’hommage que je tiens toutefois à lui rendre étonnera peut être certaines personnes. Responsable UMP, Vincent Casa était un homme engagé à droite depuis longtemps. Politiquement, nous étions radicalement en désaccord sur tout. Il soutenait la politique de Nicolas Sarkozy et militait activement pour des idées que je combats et vice versa. Régulièrement, depuis près de 10 ans, notamment à l’occasion des Conseil d’arrondissement du 12e nous nous affrontions verbalement. Opposant à la Maire du 12e et à la majorité de gauche, il savait élever la voix pour défendre ses convictions. « Tête dure » et combatif, c’était toujours un adversaire particulièrement coriace pour l’homme de gauche que je suis.

 

Mais, précisément, c’est à cela que je voudrais rendre hommage aujourd’hui. M. Vincent Casa par son travail rigoureux faisait honneur à l’engagement politique. Etre élu était une tâche qu’il prenait particulièrement au sérieux. Je sais d’ailleurs qu’il enrageait de constater que d’autres élus, pourtant de la même famille politique que lui, ne venaient pas siéger à ses cotés lors des Conseils d’arrondissement ou même au Conseil de Paris.

 

La démission récente de M. Jean-Marie Cavada venait de faire de lui un Conseiller de Paris. C’était, selon moi, une juste récompense de son engagement total pour l'idée qu'il se faisait du 12e arrondissement et de ses habitants. Je le lui avais dit et j’avais constaté qu’il en était légitimement fier. La mort qui l’emporte ne lui aura toutefois pas permis de venir siéger. Cette surprenante fin de vie à un moment si important pour lui, doit nous rappeler à tous combien l’existence est fragile et combien il est important de tout faire pour être heureux au présent.

 

Salut à vous Vincent Casa. Je garderai le souvenir d’un homme droit et intègre.

- page 1 de 2