Fil des billets - Fil des commentaires

Mot-clé - Révolution citoyenne

mardi, 24 mai 2011

mai 11
24

Raquel Garrido sur France 24 : de la Puerta del Sol à la Révolution citoyenne !

Première partie

Deuxième partie

 

samedi, 15 janvier 2011

janv. 11
15

Vive le peuple Tunisien ! Vive la révolution citoyenne en Tunisie !

Ben Ali est parti ! Enfin. Quelle joie ! Les nouvelles qui nous arrivent de Tunisie sont formidables et inquiétantes. Formidables, car l’exemple de courage que nous montre le peuple Tunisien est à saluer. Depuis plusieurs semaines, malgré les risques immenses qu’ils encouraient, coûtant la vie à prêt de 70 personnes, nos frères et sœurs de Tunisie ont manifesté pour réclamer simplement du pain, de la liberté et la démocratie. Ils exigent plus de justice, veulent la démocratie, une juste répartition des richesses et entendent qu’il soit mis fin à la révoltante corruption du pouvoir en place et particulièrement celle du dictateur Ben Ali et ses proches. « Qu’ils s’en aillent tous ! » semble être leurs cris de ralliement. Ils ont raison.

 

Quelle honte que le gouvernement de Nicolas Sarkozy ne disent pas un mot de soutien au peuple, et pire, par l’intermédiaire de Mme Michèle Alliot-Marie, Ministre de l’intérieur, ait proposé son aide à la dictature pour « le maintien de l’ordre ». Ces paroles sont indignes de la République française.

 

Décidemment, en Tunisie comme ailleurs, les peuples quand ils se mobilisent, quand ils se rassemblent, sont plus forts que tous les appareils bureaucratiques, financiers et policiers. C’est une belle leçon pour nous tous.

 

Formidable aussi de constater que ce mouvement est populaire et essentiellement social, et que les politico-religieux n’y ont pas leur place. Voilà une gigantesque claque aux partisans du « choc des civilisations » qui ne voient, depuis des années, le monde arabe et le Maghreb que comme une masse confuse où les passions religieuses fanatiques dominent sans partage, où les peuples seraient, par culture en quelque sorte, "inapte" à la démocratie. Non. Les intégristes religieux sont en réalité la béquille de beaucoup de régimes corrompus et totalitaires. Parfois, ce sont eux qui les financent et les soutiennent ou les ont crée en sous-main. Cette vision de la menace religieuse permanente sert de prétexte à toutes les répressions et fait taire depuis trop longtemps toutes les exigences démocratiques.

 

Mais, le peuple tunisien est un peuple qui aime la laïcité, il est mature et cultivé. Il faut lui faire confiance. Maintenant, il faut des élections libres, une presse libre, des partis et des syndicats qui puissent agir et s’exprimer sans craindre la répression. Il faut chasser tous ceux qui ont eu des liens avec les pouvoirs et sans doute refonder ce pays avec des institutions démocratiques rédigées par une Assemblée constituante démocratiquement élu.

 

Il reste encore de larges parts d’ombres. L’infâme Zine Ben Ali est parti, mais qui va le remplacer ? L’armée ne répondra pas aux légitimes revendications du peuple. Ceux qui ont servi le tyran ne peuvent se repeindre en réformateur. Là, je suis inquiet. Jeudi soir, j’étais invité sur La Chaîne Parlementaire (LCP), dans l'émission "ça vous regarde" animée par Arnaud Ardoin, à propos de la situation tunisienne. L’ambassadeur de Tunisie auprès de l’UNESCO M. Mezri Haddad était aussi invité. J’invite chacun à regarder l’émission en cliquant ici. L'arrogance et le mépris menaçant de ce fonctionnaire du régime envers la représentante de la FIDH étaient sidérants lors de l'émission. J'attens vos remarques et commentaires à son sujet. Et puis, soudain, surprise ! J’apprends en lisant la presse que M. Haddad a démissionné hier et qu’il se présente désormais comme un quasi opposant à Ben Ali, du coté des manifestants, un progressiste… Je crois rêver. J'ai failli tomber de ma chaise. Le comportement sidérant de ce sinistre personnage m'amuse et aussi m'inquiète. C’est un homme qui sait sentir le vent tourner. Il doit exister à présent en Tunisie des dizaines de personnages de ce type, pur opportuniste, et opposant de la 25e heure. Des gens qui étaient prêt à justifier la sanglante répression, mais qui explique aujourd’hui qu’ils l’ont condamné dans des courriers confidentiels. Ridicule. Ils vont sans doute vouloir jouer un rôle dans les jours qui viennent. Méfiance. Le peuple ne doit compter que sur ces propres forces, continuer à faire confiance aux partis qui l’ont soutenu dans sa mobilisation.

 

Courage les tunisiens. Bravo ! Continuez. Vous montrez la voie à tous les peuples du monde !