- page 1 de 2

vendredi, 20 janvier 2012

janv. 12
20

Présidentielle : Le Front de Gauche dénonce ''les idées pourries" du FN

etrangr.jpgLa campagne s'emballe pour le Front de Gauche. Tant mieux. J'étais à Metz mercredi soir avec Jean-Luc Mélenchon où près de 3000 personnes se réunis pour l'écouter. Dans cette ville, c'est exceptionnel et le FN avait peiné à rassembler 1000 personnes il y a un mois ici même. Oskar Lafontaine, notre camarade de Die Linke, était venu pour afficher son soutien. La salle était pleine de ce public populaire qui vient de plus en plus nombreux depuis quelques jours. Jean-Luc a insisté dans son discours sur tous les mensonges du discours du FN et de quelle manière ce parti ne représente en rien les ouvriers et les catégories populaires. Il est l'adversaire premier de tous les partageux comme nous.S'il fallait résumer les choses en un mot, je dirais : le FN refuse de partager les richesses et veut appliquer une politique d'austérité. Le Front de Gauche propose une autre cohérence. Je n'oublie pas bien sûr que le FN a cette dangereuse particularité, c'est même sa marque de fabrique, parmi les austéritaires, de vouloir frapper plus durement encore les travailleurs étrangers et leur famille.

De retour à Paris, me voilà hier invité à 13h sur RMC pour croiser le fer avec le Directeur de campagne de Marine Le Pen, M. Florian Philippot. le sujet était "le vote ouvrier est-il favorable à Mélenchon". Egal à lui même, M. Philippot a manié l'anticommunisme primaire contre moi évoquant même Brejnev... Bah ! Ce ne fut pas très performant et comme on dit chez moi dans le midi : "Laissons la peur du rouge aux bêtes à corrnes". Vous pouvez reécouter l'émission en cliquant ici.

Puis, j'ai donné une interview dans France Soir, que je vous propose de lire. Avant cela, je vous rappelle que mon livre est désormais disponible en librairie. Hier, Libération, Le Figaro, Le Monde et Marianne 2, l'ont évoqué. Courrez donc l'acheter vous dis-je et venez m'en faire une critique sur ce blog. Il est trouvable dans toutes les grandes librairies et si ce n'est pas le cas, sermonnez vertement le libraire de ma part, et commandez le !

 

Pour Alexis Corbière, proche de Jean-Luc Mélenchon, l'"opération nettoyage" lancée par le chef du Front de Gauche vise à mettre un terme à la campagne d'"enfumage" lancée par Marine Le Pen en vue de récupérer l'électorat ouvrier.

Alexis Corbière (à gauche), ici en compagnie de Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste français
Alexis Corbière (à gauche), ici en compagnie de Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste français MaxPPP/© Gaël Dupret

France-Soir : Pourquoi Jean-Luc Mélenchon a-t-il lancé une « opération nettoyage » à l'encontre de Marine Le Pen (lire notre article) ?
Alexis Corbière : Nous sommes à moins de 100 jours du premier tour de l'élection présidentielle et nous voulons définitivement mettre un terme à la campagne d'enfumage menée par Marine Le Pen. Elle veut faire croire que les ouvriers et les employés sont avec le Front national, ce qui est faux. J'en veux pour preuve le meeting qu'a tenu Jean-Luc (Mélenchon, ndlr) hier soir (mercredi soir, ndlr) à Metz et qui a rassemblé 2.500 personnes. Nous étions deux à trois fois plus nombreux dans la salle que lors du passage de Marine Le Pen il y a un mois. Nous sommes sur une dynamique incomparable avec celle des autres candidats et nous ne pouvons pas laisser le FN continuer son baratin sans réagir.

F.-S. : La plupart des études et des sondages indiquent pourtant que les ouvriers et les employés sont plus enclins à voter Le Pen que Mélenchon...
A. C. : Le premier comportement des ouvriers est malheureusement l'abstention. 70% d'entre eux ne vont pas voter. Les seules études sérieuses que l'on ait dans ce domaine montrent qu'il y en a effectivement environ 22% qui ont déjà voté FN. Ce qui veut dire que 90% des ouvriers ne votent pas FN. Ce n'est pas la même chose. Nous voulons leurs rendre leur dignité en affirmant : « Non, la classe ouvrière n'est pas acquise au FN ».

F.-S. : Jean-Luc Mélenchon estime-t-il que l'électorat ouvrier et employé lui est acquis ?
A. C. : Nous nous adressons au peuple et aux travailleurs. A tous les travailleurs ! Nous ne nous accaparons pas les ouvriers. Il ne nous appartiennent pas. Ce que nous disons, c'est que Marine Le Pen ne les défend pas. C'est une entourloupeuse qui fait de belles annonces, mais qui ne veut absolument pas modifier la répartition des richesses. Elle se présente comme la seule alternative à ce que son père appelait la bande des quatre (PS, PC, RPR, UDF, ndlr), mais, en réalité, elle en fait désormais partie, contrairement à nous.

F.-S.: « Semi-démente », « chauve-souris » : pourquoi utiliser des termes aussi forts ?
A. C. : Parce qu'il y en a ras-le-bol des incohérences de Marine Le Pen, de ses idées pourries et absurdes qui visent à faire croire que la crise est la faute des étrangers ! Ça suffit ! Pour le reste, on peut mettre cela sur le compte de l'enthousiasme et du naturel de Jean-Luc.

F.-S. : Jean-Luc Mélenchon n'a jamais été très tendre avec François Hollande. A-t-il décidé de changer de stratégie et de le préserver de ses attaques ?
A. C. : Le Front de Gauche ne s'est jamais trompé de combat. Le FN est l'ennemi n°1 de la République, donc le nôtre. Cela ne nous empêche pas de mener notre campagne contre François Hollande - qui est notre concurrent, pas notre adversaire - car il est lui aussi austéritaire. Il ne vous aura par ailleurs pas échappé que la campagne médiatique, que ce soit sur le service publique ou en Une de Libération, affirmant que les ouvriers voteront massivement Le Pen et visant à placer le FN au centre des débats est une manière d'appeler à voter utile.

mercredi, 23 novembre 2011

nov. 11
23

Premier petit-déjeuner presse du PG avec Martine Billard et Alexis Corbière

mercredi, 28 septembre 2011

sept. 11
28

Dimanche + : Chronique d’une petite provocation contre Jean-Luc Mélenchon…

018Vous connaissez l’émission hebdomadaire Dimanche + sur Canal + ? Oui, sans doute. Animée par la souriante Anne-Sophie Lapix, elle est diffusée, comme son nom l’indique, tous les dimanche à partir de 12h45. Généralement, je la regarde. Pas dimanche dernier toutefois, puisque je votais pour les sénatoriales. J’ai raté l’émission en direct, mais grâce à internet j’ai pu la (re)voir (vous aussi en cliquant là). J’en suis resté baba. Un des reportages diffusés au court de l’émission est un vrai cas d’école du coup tordu, un authentique modèle « collector ». Il faut le mettre sous cloche et le conserver, le ranger dans un magasin de farces et attrapes, juste après le rayon du coussin péteur et de la boule puante.

Je raconte. Cette édition du dimanche 25 septembre, dont l’invitée principale était Martine Aubry, fut l’occasion de façon directe, puis après de manière indirecte, d’une succession de provocations grossières contre le candidat du Front de gauche Jean-Luc Mélenchon. Si j’en reparle trois jours après, c’est qu’il s’agit d’attaques tellement indignes qu’elles doivent être un sujet de réflexions collectives. La télé, et fhuma-1.jpgparticulièrement des émissions de ce genre, étant le principal vecteur d’information pour nos concitoyens à la veille de grands rendez-vous électoraux, les problèmes ici posés ne sont pas secondaires. Ils touchent au cœur de notre vie démocratique. Tout est-il possible, de la part d’une équipe de reporteurs, sans doute fort mal payés et travaillant dans des conditions précaires, pour faire du buzz et vendre des images ? La précarité ne produit pas toujours de la révolte, mais, on l’a souvent vu par le passé, peut fabriquer de zélés exploités prêt à tout pour se faire remarquer par leurs patrons qui veulent de « l’incident » et du « scandale » à l’antenne pour faire monter l’audience. La question est donc : peut-on faire un spectacle commercial de tout, même avec la politique ? Ou, prise sur une autre angle, la question est aussi : la politique doit-elle être transformée en un théâtre grotesque où le seul but du reporter est de rechercher le détail insignifiant et d’attirer l’oeil du spectateur en valorisant de faux incidents… Ce serait peut-être acceptable si le but avoué était l’humour. Mais dans le cas présent, le reportage se veut très sérieux. Il y a donc un problème.

Soyons clair. Je ne découvre rien et ne crie pas au complot. Sans doute Jean-Luc n’est pas le premier ni le seul à subir ce genre de coup bas. C’est un style général de l’émission. Pour autant, faudrait-il accepter de recevoir un seau d’excréments en plein visage devant des millions de gens, se taire et même se marrer de façon complice, de crainte que l’on vous montre du doigt comme le râleur, le type toujours en colère, le parano permanent, ou pire « celui qui veut une télé à ses ordres » bref un apprenti dictateur ? Donc, le piège est là. L’image est reine, chacun est sommé de l’accepter,  car si tu réagis tu dégustes à nouveau. En réalité, celui qui menace vraiment n’est donc pas toujours celui qu’on croit.

programme-melenchon.jpgMais, dans le cas présent de l’émission de Dimanche + du 25 septembre, dans la mesure où je connais un peu le sujet, que j’étais présent lors de certains épisodes, trop de choses me sautent aux yeux pour que je me taise. A la moitié de l’émission, le téléspectateur a droit à un reportage de six minutes consacré à Jean-Luc Mélenchon. Nous sommes une semaine après la Fête de l’Humanité, le plus énorme succès populaire de la gauche française, toutes catégories confondues. Durant ces trois jours, l’osmose entre le candidat du Front de Gauche et tous les militants et gens présents fut totale. Tous les observateurs et les journalistes sur place peuvent en témoigner. Beaucoup m’en ont d’ailleurs fait la remarque. Ils en ont été positivement impressionnés. Alors que quelques mois auparavant un vote interne au PCF avait mis en concurrence plusieurs candidats avec Jean-Luc Mélenchon, dont notamment André Chassaigne, on pouvait s’attendre à ce que quelques soutiens déçus des deux autres candidats soient assez froids avec le candidat commun. Et bien non. Ce ne fut pas le cas. André est à présent un des soutiens les plus actifs de Jean-Luc. Ceux qui misaient sur autre chose avaient oublié le sérieux de tous les communistes, leur haute valeur humaine et militante. Maintenant qu’il est désigné candidat par un vote démocratique, il est devenu le candidat de tous. Et l’accueil des militants du PCF qui constituent la part majeure de l’organisation de cette Fête fut pendant trois jours toujours positif. J’ai personnellement pu le constater chaque fois que j’ai accompagné Jean-Luc.

fhuma-5.jpgCe n’est pourtant pas cet angle de vue que l’équipe de Dimanche + a choisi pour construire son affaire. Durant six minutes, ce reportage partisan cherche à expliquer qu’il existe un mécontentement, une rancœur, un doute parmi les communistes et même au delà. Manque de bol pour les reporteurs de Canal +, aucun évènement réel dans les travées de la Fête n’a illustré ce parti pris. Qu’importe à leurs yeux. Ils ont donc fait le choix d’en inventer à partir de rien, ou presque. Le reportage montre Jean-Luc en train de serrer des dizaines de mains puis de discuter fraternellement avec des militants socialistes venus à la Fête de l’Humanité. Commentaire du reportage : « si Jean-Luc Mélenchon a un bon contact avec des militants socialistes, avec les militants communistes, c’est une autre histoire ». Ah bon ? Pour étayer cette thèse curieuse et inattendue, on voit une militante communiste qui rappelle amicalement dans un rire partagé avec Jean-Luc que ce dernier a le soutien des communistes et qu’il ne doit pas l’oublier, ce qui est une vérité implacable. On ne comprend pas bien en quoi cela illustre la prétendue « autre histoire » annoncée par la voix off. Pire, on annonce ensuite quelque chose de « plus frontal » avec les communistes. De quoi s’agit-il ? Lorsque Martine Aubry est accueillie sur le stand du Front de Gauche, elle arrive au milieu  d'une cohue inouïe de caméras et de journalistes qui bouscule totalement tous les plans d'organisation prévus. En conséquence, cette dernière après avoir salué Jean-Luc ne souhaite plus s’exprimer. On voit un homme inconnu qui se glisse derrière Jean-Luc, surgit et le prend à partie en lui reprochant que Martine Aubry n’ait pas voulu un débat. Commentaire de la fhuma-6.jpgvoix off : « un militant communiste le somme de s’expliquer sur la présence de Martine Aubry ». Tout cela est absurde. En quoi, le silence d’Aubry est la responsabilité de Jean-Luc ? Pourquoi cet individu ne va pas s’en étonner auprès de Martine Aubry elle même, mais agresse verbalement Jean-Luc ? Mystère. Plus étonnant, que fait-il à cet endroit là si particulier ? Il apparaît subitement sur l’estrade au milieu des différents dirigeants nationaux du Front de Gauche qui s’apprêtent à répondre à la presse, alors qu’il n’a rien à y faire. Poliment, alors que des journalistes attendent que Jean-Luc réponde à leurs questions, ce dernier demande à cet homme qui lui est inconnu, et qui se prétend communiste, de descendre de l’estrade tel que doivent le faire tous ceux qui ne doivent pas s’y trouver. Cette estrade est nécessaire pour que la presse puisse travailler dans de bonnes conditions et « faire des images ». Ce n’est pas un lieu public où chacun peut venir interpeller et bousculer les différentes personnes qui doivent s’y trouver officiellement. Si l’homme est un militant, il doit comprendre cette règle élémentaire de discipline. Mais, le bonhomme se rebelle et fait aussitôt un scandale public.

Avec gourmandise, c’est cela qui est montré avec force détail dans le reportage. Cet incident est censé démontrer, telle que la voix off l’annonçait préalablement, qu’« avec les communistes, c’est autre chose ». Cet inconnu incarne à lui seul la supposée « résistance » des communistes contre Jean-Luc Mélenchon, montré comme complice de relations troubles et annonciatrices d’accords futurs, bien sûr honteux et inavoués, avec des responsables socialistes. Cette fable est proprement absurde. Un tel commentaire ne peut qu’être le fruit que d’une ignorance élevée. Chaque année, depuis des décennies, lors de chaque Fête de l’Humanité, tous les principaux responsables socialistes s’y rendent, car ils sont systématiquement invités par le Secrétaire national du PCF. Ce fut encore le cas cette année, puisque Pierre Laurent est venu personnellement accueillir Martine Aubry.

interruption.jpgAlors en quoi ce comportement grossier et agressif de la part d’un inconnu en direction de Jean-Luc est-il une information digne d’intérêt pour une chaîne nationale qui se veut sérieuse ? Il ne s’agit là que d’une anecdote insignifiante du quotidien de la vie militante d’une Fête où plusieurs centaines de milliers de personnes sont venues. Ce type est un butor agressif posant des questions curieuses (par exemple, il dit à propos d'Aubry "on ne sait pas ce qu'elle est venue faire à la Fête de l'Humanité", mais comme je l'ai indiqué plus haut, c'est pourtant d'une grande banalité) et je suis étonné de constater combien Jean-Luc reste calme dans une telle situation. Qui dit que cet homme n'était pas là pour le bousculer ? Si incident il y a, c'est plutôt Jean-Luc la victime et non l'inverse. Mais, ce n'est pas ainsi que les choses sont présentées. C'est un choix qui n'a rien d'innocent. Le reste du reportage est du même tonneau. Tout est fait pour démontrer que Mélenchon est un homme qui suscite des interrogations même parmi ses proches. Qu’importe ce qu’il dit lui-même. Pour Dimanche +, le procès d’intention sert manifestement de méthode de recherche. Pour convaincre encore le téléspectateur, qu’il y a sans doute anguille sous roche, on va chercher pour conclure l’expertise conjointe de Malek Boutih et Delphine Batho sur le parvis de Solférino, qui ne disposent d’aucune information particulière, n’ont rien à dire de précis, si ce n’est qu’il ne serait pas choqués de voir Mélenchon ministre. Quel scoop de leur part !

Mais, le plus sidérant est à venir. Aussitôt le reportage diffusé, une dépêche AFP est publiée. Elle raconte par le menu le prétendu incident. Son titre : « Quand Jean-Luc Mélenchon somme un militant communiste de dégager ! ». Emboîtant le pas, Jean-Michel Apathie twitte la dépêche AFP, cherchant à lâcher la meute de tous ceux qui portent Jean-Luc dans leur coeur, mais cela ne marchera pas. Ce n’est pas faute d’insister et la dépêche AFP  sera même actualisée quatre fois dans la journée et chaque fois publiée à nouveau. Quatre fois ! C’est exceptionnel. Généralement, un tel traitement est digne d’une catastrophe nationale où les dépêches sont réactualisées pour faire connaître le nombre de victimes.

fhuma-3.jpgVoilà donc à quel niveau d’attaque certain sont tombés. Qui est ce militant communiste qui a droit a tant d’attention de la part de Canal + et de l’AFP ? Je l’ignore. Il est un inconnu pour toute la direction du PCF. Personne ne l’a jamais vu. En regardant les images avec quelques amis, j’ai observé qu’il porte à la boutonnière de son blouson un badge rond en vente au stand du groupe La Riposte. Cette petite organisation est un regroupement d’une poignée de militants autour d’un petit journal nommé La Riposte très opposé publiquement au Front de Gauche et à Jean-Luc Mélenchon en particulier. Ce groupe publie d’ailleurs sur leur site ces derniers jours, une sévère « Critique du programme partagé du Front de Gauche ». Il lui reproche notamment, de ne pas être assez anticapitaliste, ou, regrettant comme le propose notre programme, que « si la France sortait de l’OTAN, cela  ne suffirait pas » puisque notre pays continuerait à mener sa politique impérialiste. CQFD. Il regrette aussi que nous ne dénoncions pas « la charte hypocrite de l’ONU ». Etc. Pour eux, la candidature Mélenchon est une erreur car « elle relègue le PCF à l’arrière plan de la campagne électorale ». Je laisse le lecteur découvrir leur prose si il le désire. Mais, tout n’est pas sombre pour la Riposte. Ils sont heureux, car lors de la Fête de l’humanité, ils affirment avoir vendu en trois jours 257 exemplaires (!) de leur journal. C’est dire leur audience de masse. Cela peut changer toutefois. Grâce à Dimanche +, leurs ventes vont peut être encore augmentées. Existerait-il une alliance entre les reporters de Mme Anne-Sophie Lapix et le groupe La Riposte ? Qui sait ? Politiquement, c’est une évidence. Voilà un scoop. Que fait l’AFP ? Vite une dépêche…

fhuma-7.jpgPlus sérieusement, je précise enfin, que la responsable de ce beau reportage si pertinent, en lien avec l’équipe de communication de notre campagne, a eu droit a un entretien, seule avec son équipe,  de plus de 15 minutes avec Jean-Luc Mélenchon durant la Fête. Durant cet entretien, ce dernier lui a expliqué dans le détail ce que nous entendions par notre « offre publique de débat faite à toute la gauche » lancé lors du meeting de Grenoble à la fin de notre Remue Méninges, que la journaliste de son propre aveu n’avait pas bien compris. C’était d’ailleurs cela qui était officiellement le sujet de son reportage. C’est ainsi qu’elle l’a présenté à notre équipe de communication. A l’arrivée, il ne restera plus rien pour le téléspectateur de cette explication, pourtant voulue avec insistance.

Le journalisme est un métier exigeant et ingrat. La grande majorité de ceux que je connais sont des femmes et des hommes de valeur, passionnés par la chose publique. J’ai pour eux le plus grand respect. Il ne peut exister de société démocratique sans liberté de la presse, sans liberté de critique et d’investigation. Les scandales révélés récemment sur les relations avec de l’argent sale de l’entourage de Nicolas Sarkozy n’auraient pu exister sans cela.

Mais, faire progresser l’esprit critique de nos concitoyens sur ce qu’on leur montre à voir dans des émissions à prétention politique est aussi une tâche indispensable pour rendre réelle la liberté de conscience. Entre reportage racoleur et journalisme, il y a une distance, s’en prendre à l’un n’est pas critiquer l’autre. Qui peut le nier ? Un travail d’éducation populaire sur une critique lucide et argumentée de certains médias doit être au cœur de la campagne qui commence…

En plus de la démocratie, le métier de journaliste a aussi tout à y gagner.

- page 1 de 2