Fil des billets - Fil des commentaires

Mot-clé - xénophobie

mercredi, 6 avril 2011

avr. 11
6

« Convention sur la laïcité » : quelques exemples d’absurdités des propositions de l’UMP…

photo_1302032341489-5-0.jpgM. Jean-François Copé, secrétaire général du l’UMP, devrait avoir honte du débat ridicule, bâclé en moins de trois heures, qu’il a organisé hier dans une petite salle d’un hôtel parisien. Sa « Convention sur la laïcité » fut un haut moment d’ineptie politique, venant ponctuer une trop longue période de provocations verbales multiples à l’encontre de nos concitoyens musulmans. La veille encore, les déclarations de Claude Guéant, Ministre de l’intérieur, venait s’ajouter à cette subtile stratégie du « clin d’œil en direction de 6,7 % de l’électorat », qui a voté FN aux récentes élections cantonales,  dont le parlais dans mon précédent billet.  Selon le Ministre de l’intérieur et des cultes, « l’accroissement » du nombre de musulmans en France « et un certain nombre de comportements posent problème ». Affligeant. Imagine-t-on possible que de tels propos soient tenus en direction des catholiques ? Par exemple les intégristes qui se regroupent illégalement depuis 1977 dans l’Eglise Saint-Nicolas de Chardonnet dans le 5e arrondissement de Paris et qui, eux aussi, « posent problème », sont-ils visés par M. Guéant ? Pourtant, ces illuminés détestent la République, organisent régulièrement des messes (en latin donc en langue étrangère !) tiennent « des prêches radicaux » en mémoire du Maréchal Philippe Pétain, de collaborateurs antisémites comme Maurice Bardèche  ou des phalangistes espagnols. Là, dans cette ambiance très « laïque et républicaine », Marine Le Pen a même jugé bon de faire baptiser ses enfants. Au passage, cela illustre combien cette dame est "laïque". L'intégrisme antirépublicain ne concerne donc pas qu'une poignée de fanatiques musulmans, mais hélas toutes les religions.

Toujours selon le très rigoureux M. Guéant, devenu le technocrate froid de la parole xénophobe, il y aurait « 5 à 6 millions de musulmans en France ». Primo, quand bien même ce serait la réalité, on ne voit pas bien où serait le problème ? Mais deuxio, ce chiffre fantaisiste ne s’appuie sur aucune étude sérieuse. Ici, la confusion entre français issus de l’immigration et musulmans, est volontairement entretenue. Il faut pourtant être précis. Parmi les français, par leur culture ou leur famille, qui sont originaires d’un pays où l’Islam est majoritairement pratiqué, combien de pratiquants réels qui fréquentent des lieux de culte ? Difficile à établir. La commission Stasi considérait qu’ils étaient 15 %, à pratiquer régulièrement ou occasionnellement leur culte (en deça des catholiques dont on considère qu'il sont en réalité 19% à pratiquer). Ces subtilités passent au dessus de Monsieur Guéant pour lequel un immigré venu d'Afrique est un musulman (et donc un fanatique). Ainsi chaque citoyen est assigné à résidence spirituelle selon ses origines ou sa famille. Cette vision de l'homme est aux antipodes de celles des Lumières.

Qu’importe le sérieux et la rigueur. Tout baigne. Pour M. Jean François Copé et ses amis, la preuve éclatante que sa convention fut un succès et qu’elle était utile, fut que plus de 200 journalistes avaient fait le déplacement. Cela en dit long sur sa conception du débat public. C'est au taux d'audience médiatique et aux nombres de journalistes, que cela se mesure à l'UMP. Le reste, la stigmatisation incessante d’une partie de la population française, la pédagogie républicaine, ils semblaient tous s’en moquer (où hélas pour certains, s'en réjouir).

Sarko-et-pape.jpgEt pourtant, la laïcité est une chose bien trop sérieuse pour être laissée entre les mains de cette droite là, si revancharde et si bien peu républicaine. Pas plus non plus, au Front national et ses sbires qui veulent défendre "les racines chrétiennes" de la France... Pour le PG, la laïcité est un des fondements de notre République, elle n'est pas négociable. Pour le dire franchement, nous regrettons que l’esprit, les « noyaux de sens » normalement non négociables non plus, de la grande loi fondatrice du 9 décembre 1905, soient malmenés par de nombreuses lois et tant de mesures anti-laïques. 1907, 1908, loi Debré et Guermeur de 1959, accord Lang-Cloupet, etc… la liste est longue de toutes ces offensives cléricales menées sans relâche par ceux qui rallument en permanence depuis un siècle la guerre scolaire. En réalité, il n'existe pas de laïcité apaisée. Cette affaire est une tension depuis toujours.

Il s’agit essentiellement de questions financières et d'avantages matériels. C’est depuis toujours le cœur du débat sur la laïcité, dans le bras de fer avec les Eglises. Les nombreuses dérogations fiscales votées par la majorité UMP, les financements publics des écoles privées, très majoritairement confessionnelles, le statut d’Alsace Moselle, et encore beaucoup d’autres réalités scandaleuses, représentent en tout près de 10 milliards d’euros d’argent public qui, chaque année, participent au financement et à la promotion de certains cultes, essentiellement l’Eglise catholique.

206549.jpgC’est pour mettre un terme à cette situation que le PG a présenté hier sa proposition de loi «  Pour la promotion de la laïcité et la clarification des règles de son application concrète ». Une conférence de presse, autour de la sénatrice PG Marie-Agnès Labarre et de nos deux cop-présidents Jean-Luc Mélenchon et Martine Billard, avait été organisée au Sénat.Ma camarade Pascale Le Néouannic, secrétaire nationale en charge du dossier, a bien présenté les choses aux journalistes présents. Elle est désormais parfaitement affûtée sur l’ensemble des questions et avait réponse à tout. Mon ami l'historien et professeur Pierre-Yves Legras qui a aussi beaucoup travaillé sur ce projet avec Henri Pena Ruiz et qui participe à l’animation de la commission laïcité de PG, était venu avec moi. Désormais, il faut en discuter, notamment avec nos partenaires du Front de Gauche. On peut consulter notre projet de loi en cliquant ici. Qui d'autre fait des propositions à gauche.. ? Seul, le bruit d'un écho semble me répondre.

207656.jpgMais de tout cela aujourd’hui, la prétendue « grande convention » sur la laïcité organisée par l’UMP n’a pas dit un mot. Elle s’est bornée à écouter sagement des autorités religieuses et des ministres UMP venus faire leur show quelques minutes puis repartir entourés de caméras et micros cherchant la petite pique. Point final. Parmi les 26 propositions portées par Jean-François Copé, dont la seule obsession semble être la présence de concitoyens musulmans, certaines devraient même nous faire rire par leur inconséquence.

Quelques exemples. Il faudrait, selon la proposition n°2-1 (page 7) du document de l’UMP distribué hier, nommé « Laïcité, pour mieux vivre ensemble », une loi pour interdire « à quiconque de se prévaloir de ses croyances pour s’affranchir des règles communes ». Mais c’est déjà le cas. Cette interdiction est déjà constitutionnelle. Que peut-on faire de plus fort ?

205766.jpgLa proposition n°2-2 (page 7 encore) veut « prévoir dans le cadre du programme scolaire obligatoire un enseignement relatif au principe de la laïcité ; en lien avec la présentation des grandes religions » (Ben voyons). Mais, franchement, c’est déjà le cas, notamment dans le cadre du programme de seconde d’Histoire !

Il faudrait encore, proposition n°2-9 (page 9) légiférer pour veiller « à l’interdiction de se soustraire au programme scolaire obligatoire ». Mais cette loi existe déjà depuis plus d’un siècle ! L’obligation scolaire est prévue dans le Code de l’éducation (Article L 131-1 imposant l’obligation scolaire entre 6 et 16 ans et l’article L 122-1). Ici, sincèrement, l’UMP enfonce des portes ouvertes. Elle ferait mieux de s’interroger sur les conséquences déplorables des suppressions de 16 000 postes chaque année dans l’Education nationale.

Ainsi continu le "catalogue des 3 gardes suisses" (Copé, Guéant et Sarkozy...) de  l'UMP. Certaines propositions cachent toutefois quelques fourberies. Je vois quelques problèmes dans la proposition n°3-5 (page 12) qui veut légiférer dans l’esprit des propositions de la si dangereuse commission Machelon. Elle veut faire en sorte que les baux emphytéotiques dont bénéficient certains lieux de culte, soient avec option d’achat. Mouais. Pourquoi faire une loi à ce sujet ? Méfiance. La situation actuelle est déjà claire. Est-ce pour garantir à l’Eglise catholique que les 450 églises, construites ainsi depuis 1905, dans le cadre d’un dispositif très particulier, les « Chantiers du Cardinal », deviennent bien sa propriété, quand nous arriverons au terme des ces baux (dans quelques années) ? L'Eglise catholique craint-elle que ces paroisses  deviennent seules propriétés des communes qui pourraient en disposer pour autres choses ? Tout cela reste flou et je devine quelques roueries anti-laïques sur ce point également. la vigilance s'impose. Il existe aussi dans les autres propositions UMP des cadeaux financiers aux cultes et associations qui les organisent. Elles me semblent dangereuses et contraires à l’esprit de 1905. Il me faut le temps, avec mes amis, de les expertiser. J’y reviendrai dans un prochain billet.

arton1757.jpgvatican-drap.gifMais, je voudrais (pour rire un peu) surtout souligner pour finir, la proposition n°3-12 (page 15). Elle veut « éviter que des ministres du culte aient un lien de subordination avec un Etat étranger ». Certes, pourquoi pas, mais les évêques catholiques se verront-ils inquiétés pour leur relation avec l’Etat du Vatican ? Dois-je rappeler que le Pape Benoit XVI, si apprécié par Nicolas Sarkozy, est considéré comme le chef d’un Etat de 0,44 km2, regroupant officiellement 860 habitants ayant la nationalité vaticane. L’Etat du Vatican fut créé en 1929 par Benito Mussolini et le Pape Pie XI lors des Accords de Latran du 11 février 1929. Cela vous rappelle quelque chose ?

Sarko-au-Vatican.jpgSarko-et-Eveques.jpg

15064_ortho.jpgMais surtout, l’UMP va-t-il s’opposer demain au récent achat à Météo France, par la Fédération de Russie, d’un terrain en plein Paris, non loin de la tour Eiffel, pour construire une cathédrale orthodoxe ? Les parisiens connaissent-ils ce projet ? Pas sûr. Dommage. Ce nouveau bâtiment sera un « Centre spirituel russe » de 4225 m2 qui coûtera au moins 34,5 millions d’euros. La plus haut « bulbe » de cette Eglise orthodoxe s’élèvera à 27 mètres de haut. Qu'en penses ceux qui s'évanouissent à la vue d'un minaret ? Sa construction est intégralement financée par l’Etat russe, l’Eglise orthodoxe russe et des mécènes russes et français. Ce projet qui ouvrira normalement fin 2013 ou début 2014 est né en automne 2007, après une visite du tserkov1.jpgpatriarche de Moscou Alexis II auprès de Nicolas Sarkozy. Le Président de la République s’est montré emballé par ce projet, mais des mauvaises langues assurent que c’était la contrepartie d’achat, par la Russie, de Frégates Mistral. Est-ce possible ? Dans ce bâtiment futur, les « ministres des cultes » auront clairement « un lien de subordination avec un Etat étranger ». Allo Jean-François Copé, pourquoi tu tousses ? Que vas-tu faire ? Evidemment rien. A quelques mètres du monument historiques le plus célèbre en France, un lieu de culte va être construit avec de l'argent "étranger", avec le soutien du gouvernement UMP et dans le silence de tous les "faux laïques" qui traquent les musulmans. Faudrait pas que les russes nous rendent nos Frégates. Et puis, les orthodoxes d’accord, mais les musulmans, danger…

Qui peut comprendre un tel double discours ? C'est indigne.

 Ma petite lecture dirigée et commentée du document de l’UMP s’arrête. Vous pouvez la continuez tout seul avec un peu de jugeote. Vous le constaterez, la liste est encore longue de toutes ces mesures gadgets portées par le parti de Nicolas Sarkozy.

La laïcité n’est pas à géométrie variable selon les religions. Elle s’applique à tous. La proposition de loi présentée par le PG est la seule proposition sérieuse qui garantit la laïcité. Lisez la, faites la connaître. Elle mérite au moins autant de publicité que le barnum inutile et dangereux qui s’est tenue cet après midi. Il faut débattre de la laïcité. Mais ne laissons ses adversaires, salir ce principe si important que notre République vive au 21ème siècle. Quand au Projet présenté par le Parti socialiste ce week-end, que propose-t-il ? Rassurez vous rien. Ai-je mal lu ? Sur les 33 propositions sur le site du PS, le mot "laïcité" n'est pas utilisé une seule fois...La responsabilité de la défense de la laïcité nous revient donc. Même seul aujourd'hui, comme parti politique, nous relevons le gant. Nous sommes persuadés, que dans le pays, nous sommes largement majoritaire.

Loin des pitreries de MM. Copé et Sarkozy, la République française parle clair : laïque oui, raciste jamais.

samedi, 26 février 2011

fév. 11
26

Interview parue dans La Raison, mensuel de la Libre Pensée (Mars 2011)

Début janvier, mes amis de la Fédération Nationale de la Libre Pensée m'avaient sollicité pour une interview dans leur mensuel "La Raison", à propos de l'actualité du moment. Elle vient de paraître dans le numéro de Mars. C'est une nouvelle occasion pour ceux qui ne la connaitraient pas, de découvrir les activités de cette association laïque, plus que centenaire.

 

Question : Tu as réagi récemment à propos d'une émission religieuse, diffusée sur le service public de télévision, qui a donné lieu à une véhémente propagande anti-avortement. Peux-tu en dire plus?

 

Alexis Corbière : J'ai dénoncé le fait que le 25 décembre,  France 2 ait retransmis une messe où l'évêque de la Basilique de Jérusalem a déclaré : "C'est une véritable douleur d'entendre que chaque année des millions d'enfants sont avortés dans le monde. Quelles pertes pour nos familles, nos pays et l'humanité entière".

 

Ces propos réactionnaires et culpabilisateurs font écho à une remise en cause, menée par le gouvernement UMP, au droit à l'avortement avec la fermeture de nombreux Centres IVG. On me répondra qu'il s'agit là de la position traditionnelle de l'Eglise catholique, plusieurs fois répétée par ses plus hautes autorités. Soit, elles sont libres de penser ce qu'elles veulent. Mais, est-ce la mission du service public de le relayer ? Non. Cela illustre l'envahissement permanent de la sphère publique et médiatique par le religieux. Le Président de la République lui même a déclaré que : « la République a besoin de croyants ». Indigne. C'est méprisant pour les athées qui seraient, si l'on suit son raisonnement sinueux, des citoyens dont la République n’a pas besoin. Scandaleux. La République a besoin de citoyens éclairés, quelles que soient leurs options spirituelles. L'exemple du 25 décembre démontre une fois de plus que les religions sont porteuses d'un projet de société qui est souvent en désaccord avec nos idées héritées des Lumières. Tout cela n'est malheureusement qu'un détail d’une offensive plus générale. Revenons aux fondamentaux : l'Etat chez lui et l'Eglise chez elle.

 

Q. : Le XIIe arrondissement de Paris, dont tu es le Premier adjoint, a été le théâtre médiatique d'un rassemblement international ouvertement xénophobe appelé par des groupes "identitaires" et anti-musulmans ("Riposte laïque"). Que s'est il passé et quel est ton point de vue ?

 

AC : Le 18 décembre, une vingtaine de groupuscules se sont associés pour organiser ces "Assises sur l'islamisation". Leur opinion, pour la résumer, est que l'Islam est un « nouveau fascisme » qu'il faut combattre comme la Résistance a combattu le nazisme en son temps. Cette initiative scelle une alliance, à priori contre-nature, entre un groupe d'extrême droite Bloc identitaire (BI), opposé aux idées des Lumières et se réclamant de la longue tradition contre-révolutionnaire et d'une poignée de militants en dérive idéologique, venus de la gauche, qui se nomment Riposte laïque (RL). C'est surtout ce nom qui jette une confusion sur l'opération. Leur discours est résolument anti-laïque mais, c'est pourtant en se réclamant de ce beau principe qui nous est cher, qu'ils ciblent nos concitoyens musulmans accusés de pratiquer une religion qui serait devenue source exclusive de tous les maux de notre pays. Pour moi, c'est gens sont des gredins. Le Président du BI a dit clairement que le problème n'était pas les lieux où nos concitoyens musulmans pratiquent leur culte, mais d’abord leur présence en France. Tout est dit. De son coté, pour le principal responsable de RL  « il n'y a qu'une personne qui reprenne le discours sur la laïcité à son compte. C'est Marine Le Pen ». Tous ces personnages troubles sont les poissons pilotes, consciemment ou non qu'importe, de cette dernière en vue de 2012.

 

Mais les combattre efficacement impose aussi que nous parlions et agissions de façon claire. La laïcité est indiscutablement malmenée actuellement. Et pas seulement par la droite, hélas. Au Conseil de Paris je m'oppose trop souvent à des délibérations qui financent des travaux dans des bâtiments religieux dans les cas où la Ville n'est pas contrainte de le faire ou qui subventionnent des crèches confessionnelles qui ne respectent pas la laïcité. J’ai de grandes réserves sur l’Institut des Cultures de l'Islam (ICI) qui me semble être un contournement de la grande loi de 1905 selon la méthode du rapport Machelon que vous connaissez. On finance du cultuel sous le prétexte du culturel. Sur tous ces points, j’ai un désaccord de fond avec Bertrand Delanoë. Dans beaucoup d'autres communes, des Maires pratiquent un clientélisme communautaire scandaleux. Dans ce cadre-là, le blocage de la rue Myrha à Paris tous les vendredis soirs pour une prière n'est pas acceptable, mais n'est qu'un épisode parmi d'autres. Ceux qui en font « La » grande question centrale du moment, dans un vocabulaire insultant, ciblent les musulmans et se taisent sur les pratiques et les financements publics des autres cultes. Je ne suis pas dupe et la manoeuvre est grossière. Pour moi, là n'est pas la laïcité qui reste un idéal et un cadre juridique d'émancipation qui s'adresse à tous. La République a su contraindre les religions, non sans bras de fer, à la laïcité, il n'y a pas de raison que cela soit impossible avec l'Islam. C'est ce que pense la très grande majorité de nos concitoyens musulmans qui aiment et respectent la laïcité. Je ne les confonds avec des groupes minoritaires qui agissent contre les lois laïques.

 

 

Q. : Que représente la laïcité et la Libre Pensée à tes yeux?

 

AC : Je ne détache pas la laïcité du combat social, de l’exigence d’une autre répartition des richesses. Vous le savez, je suis avec Jean-Luc Mélenchon, un militant, et un Secrétaire national, du Parti de gauche (PG). Je mène le combat laïque de ce poste là. Philosophiquement, je m’inspire des écrits de mon camarade Henri Peña-Ruiz que je considère comme l'un de mes maîtres. Je suis aussi adhérent de la LP. J’y compte des amis comme le Président Marc Blondel ou l'historien Jean-Marc Schiappa. J'ai apprécié notamment la pétition que vous aviez initiée pour une rue Robespierre à Paris. J'ai d'ailleurs soutenu un voeu en ce sens au Conseil de Paris qui a été rejeté avec des arguments affligeants. J’aussi de désaccords avec la LP. C'est la vie. Je pense surtout qu'il faudrait rassembler, sur des positions claires, le mouvement laïque trop éparpillé. En attendant, j'invite chacun à rejoindre une de ses organisations.