« Aucun rapport » disent-ils. « Aucun rapport » dit-elle. Depuis la mort criminelle de Clément Méric et l’écrasante responsabilité de militants liés à un groupe violent d’extrême droite nommé JNR, service d’ordre du groupe Troisième Voie, Marine Le Pen l’affirme, le répète, le martèle dans tous les micros qui se tendent vers elle : « Nous n'avons aucun rapport avec ces groupes, qui expriment d'ailleurs régulièrement leur désapprobation à notre égard ».

15-MAI-2013.jpgSur I télé ou BFM TV, interrogée sur ce groupe d'extrême droite Jeunesses nationalistes révolutionnaires (JNR), que le gouvernement a décidé de dissoudre, Mme Le Pen a déclaré sans être contestée : « Je ne connais pas précisément ce groupe ». Chacun est prié de la croire sur parole. Les journalistes s’inclinent et ne la questionnent pas plus. Il faut lui faire confiance. Le « fact cheking »  des journalistes, d’ordinaire si prompt à « répondre » au Front de Gauche a disparu la concernant. Le comble de la complaisance revient sans conteste à Christophe Barbier ce matin sur I-Télé qui après avoir laissé Mme Le Pen reprendre sa ritournelle affirmant que le Fn n’avait « aucun rapport » avec les JNR, ne l’a pas contre dit, puis l’a relancé… sur les élections municipales et le cas de Béziers (dans l’Hérault) où le Fn va précisément  soutenir le journaliste Robert Ménard. Quelle coïncidence de mauvais goût ! Pourtant, il y avait là un cas précis de lien assez net entre un candidat que va soutenir le FN et les JNR puisque Robert Ménard a jugé pertinent de tenir conférence le 15 mai dernier dans le lieu dit « Le Local » qui est le siège des JNR. J’y reviendrai plus loin. Que pense Marine Le Pen de cette conférence de M. Ménard devant les JNR ? Nous n’en saurons rien, cela n’intéresse pas les journalistes et cela n'a "aucun rapport".

2008-07_MLP_au_Local_French_Pride.jpgUn journaliste curieux pourrait pourtant la questionner un peu plus. Marine Le Pen s’est déjà rendu elle-même dans le local des JNR pour une soirée organisée par la « réacosphère 100 % french pride» (voir photo ci après et cliquer ici) et manifestement elle ne le regrette pas. Difficile pour elle de dire qu’elle ne connaît pas précisément ce groupe : elle est déjà allé chez eux. Une fois sur place, il est difficile qu’elle n’ait rien remarqué de choquant.

fresque_batskin_1.pngA cette occasion, elle a sans doute vu une fresque, accrochée au mur de ce Local, nommée « le Réveil » peinte par un homme d’extrême droite Baptiste Folliot à la demande du patron des lieux. Cette fresque représente les fantasmes les plus dingues de ces groupuscules et ne souffre d'aucune ambiguïté sur sa signification. Olivier Besancenot et Bertrand Delanoë y sont représentés décapités. Djamel Debouzze a le bras arraché. Yannick Noah se prend un coup de hache. Dominique Sopo, Marc-Olivier Fogiel brûlent dans les flammes. Bernard-Henry Levy, représenté dans la plus pure tradition des illustrations antisémites, est représenté comme un reptile, terrassé par un Serge Ayoub vêtu en tenue d’ange, une batte de base-ball à la ceinture.

Le_local.png

fresque_batskin_2.pngLa vue de cette fresque indigne n’a pas scandalisé plus que cela Marine Le Pen puisque quelques temps plus tard, elle a tenu à déjeuner avec le chef des JNR qui l’a soutenu discrètement dans son élection comme présidente du FN, car il voulait surtout empêcher Bruno Gollnish de la battre (pour des raisons que seules les polémiques fumeuses du petit monde de l’extrême droite peuvent dénouer). Le patron des JNR a même par la suite salué l’élection de Marine Le Pen comme présidente du FN, de façon limpide : « C’est une bonne nouvelle pour la France. (…) Je suis particulièrement content que la locomotive qu’est le FN marche parce que les wagons suivront, d’autant plus quelle développe des thèses sociales, syndicales qui sont extrêmement proches des nôtres. Cela prouve que Troisième Voie est dans le sens du combat politique, dans le sens de la France » (Vidéo du 6 avril 2011).

 

Christian-Bouchet-chez-Ayoub.jpgTout cela n’est pas de l’histoire ancienne. Au risque de me répéter, j'insiste. Le journaliste Robert Ménard, qui sera donc soutenu à Béziers par le FN, a bien tenu une conférence le 15 mai dernier dans « Le Local » à l’invitation des JNR sans que cela ne pose de problèmes à la direction du FN. Au contraire, elle lui a réaffirmé son soutien le week-end dernier en la présence de Louis Alliot, vice président du FN. A Nantes, le Fn vient d’investir comme tête de liste Christian Bouchet (cliquer ici) qui est un ancien de Troisième Voie et qui encore récemment tenait conférence lui aussi dans « Le Local » à propos de la Syrie (voir affiche à droite qui atteste de cette conférence sur le "Parti social nationaliste syrien") , sans que cela n’inquiète non plus la direction du parti de Mme Le Pen. Mais, bien sûr, le Fn n’a « aucun rapport » avec ces gens là.Depuis quelques jours, dans de nombreux sites antifascistes, particulièrement vigilants dans la lutte contre l’extrême droite, on peut voir des photos qui attestent que le Fn utilisait encore récemment les services de militant JNR pour leur service d’ordre. Mais, bien entendu, il faut continuer à penser qu’il n’y a « aucun rapport » entre eux. On aurait aussi pu demander à Marine Le Pen comment elle explique que les JNR sont venus diffuser un tract anti PS sur le marché d’Hénin-Beaumont durant la campagne législative, alors que ce groupuscule n’y présentait par de candidat, et qu’à cette occasion sous les yeux des journalistes présents et des militants du Front de Gauche, la présidente du Fn a salué avec politesse le dénommé Serge Ayoub. Mais, cette question pour de nombreux journalistes, n’a sans doute « aucun rapport ».

Pourtant, tout cela est facilement vérifiable. Il suffit de faire des recherches assez sobres en fait. De nombreux journalistes, souvent de la presse écrite, ont déjà rendu public ces éléments. Je pense aux articles de Caroline Monnot ou Abel Mestre du Monde, ou encore à l’ouvrage biographique de Fiammetta Venner et Caroline Fourest sur Marine Le Pen. A la lumière des ces éléments, comment donc est-il possible que différentes chaînes de télévision aient donné la parole à Serge Ayoub le lendemain de la mort de Clément Méric afin « qu’il donne sa version » comme on l’aurait fait pour n’importe quel responsable politique ? La famille de Clément à l’inverse elle, n’a même pas eu droit à la parole, sans doute car, écrasée par la douleur, elle ne voulait pas s’exprimer. Ainsi va la société du spectacle.

Relations-FN-JNR.jpgComment est-il possible que ces éléments attestant de liens, directs ou indirects, entre FN et JNR ne soient pas mis sous le nez de Marine Le Pen pour qu’elle explique au public attentif pourquoi elle a jugé bon de déjeuner avec un néo nazi, antisémite dont les prises de parole publiques commencent avec le couplet antisémite du chant fasciste des Lansquenets. Pour ceux qui l'ignorent, le voici : « Demain nous irons au combat, faïlala, La croix celtique guidera nos pas, faïlala, Que crèvent les marxistes, les juifs capitalistes,  Au rythme des hauts tambours des lansquenets. » Que pensent les dirigeants du FN de ces chants antisémites, scandés en plein Paris ? Cela devrait entrainer des actes, non ? Les discours des JNR se terminent aussi par des cris : « France ! France ! »,  accompagnés d’un salut fasciste éloquent. Toutes ces images sont facilement visibles sur internet, depuis longtemps, mais cela n’a pas coupé l’appétit à Marine Le Pen quand elle a diné avec le leader de ces fascistes. Mais, cela n'a "aucun rapport", elle n'a avec ce petit Mussolini que des relations culinaires. Bien sûr.

Capture_d_ecran_2012-01-08_a_10.55.34.pngComment alors est-il pensable que l’on donne la parole, toute la journée de jeudi dernier, devant des millions d’auditeurs, au chef de ce groupuscule à l’identité politique assez évidente qui représente au mieux une dizaine de crâne rasés ? Les chaînes de Tv qui l’invitent ignorent-elles ce que sont les JNR ? Faut-il qu’on le leur explique encore ? Elles auraient pu s'indigner que l'affiche d'inauguration du "Local" où le chef des JNR a tenu conférence de presse utilisait une photo d'Adolf Hitler. Mais, sans doute est-ce de l'humour nazi qu'il faut prendre à la légère. Ach ! Rire un bon coup avec Adolf, c'est bon pour la santé, non ? Autre exemple, datant d’il y a quelques années. Dans l’une des anciennes publications de JNR, Pour le Prix d’une bière, on pouvait lire « Un stade sans supporters c’est comme un camp sans juif. Tout se perd ». Hilarant, non ? Plus loin, le même torchon antisémite proposait des quizz éducatifs : « ‘Four’ cela vous fait penser à : A) votre boulanger, B) un juif », « Le lieu de villégiature de vos rêves : A) Sarcelles, B) Auschwitz ». Toujours de l'humour nazi, sans doute ? Faut-il d’autres exemples pour illustrer combien les micros tendus vers ces gens là sont irresponsables et indignes ?  

Au-delà de l’horreur que représente la mort du jeune Clément, le traitement médiatique de ce crime est aussi une sombre leçon de choses pour l’avenir. Le problème vient de loin. Les causes en sont multiples et profondes. Mais, la « dédiabolisation » du FN, voulu par la plupart des média depuis janvier 2011, diffuse patiemment son poison intellectuel depuis deux ans dans la société française. Désormais, l’extrême droite est quasiment devenu un courant de pensée comme un autre et militants fascistes ou antifascistes sont mis sur le même plan. Le bourreau et la victime sont comparés avec un relativisme inquiétant. La parole d’un fasciste est diffusée à une heure de grande écoute pour qu’il explique ce qu’il pense d’un crime où les militants de son groupuscule sont mêlés. Ceux qui diffusent une parole antisémite sont mis à égalité de ceux qui entretiennent la mémoire du combat antifasciste. Et certains vont même jusqu’à chercher la responsabilité de la mort de Clément dans le Front de Gauche (lire le blog de mes amis du Cri du Peuple) ou l’activité des antifascistes.

Et nous, depuis mercredi, nous pleurons la mort d’un camarade de 18 ans. Mais, il n’y a « aucun rapport ».

Post scriptum (rédigé à O1h00 du matin):

Le Monde publie ce soir une demi-page consacrée à Serge Ayoub dont la lecture me sidère. "Charisme", "belle gueule", "intelligent""son aura", etc ... la liste de tous les adjectifs positifs contenus dans ce portrait, qui se voulait peut être sulfureux au départ, imposent finalement à la lecture un personnage haut en couleurs, presque héros de roman.. J'en suis abasourdi. Je ne comprends pas pourquoi la journaliste qui signe ce papier, pourtant fine spécialiste de l'extrême droite, ne fait par exemple aucune mention de la rencontre de cet homme avec Marine Le Pen. La même y avait pourtant consacré quatre pages dans un livre fort bien documenté qu'elle avait publié en 2011. Ces derniers jours, c'est pourtant une info utile a rappeler, puisque la présidente du FN dit l'inverse, non ?

3427113_3_46e1_depuis-trente-ans-serge-ayoub-le-fondateur_6f2f08995816c1e653b356b2c490f4ef.jpgUn autre détail attire mon attention. La photo illustrant le papier utilisée sur le site du Monde.fr montre un Ayoub assis sur une banquette devant la fresque décrite plus haut. C'est sur cette banquette que manifestement notre homme a tenu conférence de presse ces derniers jours. Je reconnais les images vues à la TV. Je réalise alors que des dizaines de journalistes sont venus dans son Local (situé dans le 15e arrondissement), l'ont interrogé, filmé, photographié, et aucun n'a mentionné l'existence de cette fresque délirante pleine de clichés antisémites et violents. Est-ce un "détail" insignifiant que la fresque à quelques centimètres au dessus de la tête de la personne interviewée représente une Simone Veil avec des cornes de diable, brûlant dans les flammes en train de faire bouillir des petits enfants (voir image plus bas). Chacun mesure la lourde charge antisémite et délirante de ces images. Je demande que l'on m'explique le silence des journalistes.

Capture_d_ecran_2011-04-26_a_00.57.08.pngEnfin, pourquoi les mêmes nombreux journalistes spécialistes du FN qui avaient consacré des pages si intéressantes sur les nombreuses société de sécurité et de vigiles dirigées par des militants d'extrême droite pour embaucher des sympathisants, ne se sont pas intéressés à ce drôle de témoignage de l'agent de sécurité présent dans cette vente privée, lors du crime de Clément ? Son témoignage anonyme chargeant les jeunes militants antifascistes a tourné en boucle sur la plupart des chaines d'infos. Il méritait vérification. Selon ce vigile Clément et ses amis ont commencer à "chambrer" des skinheads pacifiques... Mais, selon d'autres témoignages, c'est la vue d'armes de poings dans les sacs des skins et des tatouages comme "White power" ou "Blood and honor" sur leurs bras qui ont provoqué l'indignation des antifascistes.

Quelle conscience généreuse et attachée aux idées des Lumières n'aurait pas fait de même ? Pour cela, il fallait du courage, et Clément en avait. Il en est mort.