Depuis dimanche soir et la totalité de la journée de lundi, totalement absorbé par le premier tour des élections municipales, je n’ai pu trouver le temps de prendre le clavier pour vous faire partager sur ce blog les premiers bilans que je tire, tant sur le plan général et parisien, que personnel. Acteur de premier plan depuis septembre 2013 dans la grande bataille électorale que nous venons de mener à Paris, sous la conduite de ma camarade Danielle Simonnet, durant de longs mois, je ressors évidement brûlé des flammes de ce rude et éprouvant combat. Brûlé et marqué à jamais certes, mais d’abord fier du travail accompli par mes camarades parisiens, à commencer par ceux du 12e, et tous ceux qui ont donné sans compter pendant des mois, même si leur photo n’était pas en premier plan sur l’affiche ou n’avaient pas la possibilité éventuelle d’être élu. Merci à tous ces camarades, sans ce dévouement désintéressé, sans cette noblesse et cette élégance humaine, rien n’est possible.

Une force politique nouvelle a émergé à Paris

1383708_10202676150218789_639913081_n.jpgLe premier bilan que je veux tirer est d’abord celui-là : à Paris, en seulement quelques années, avec le Parti de Gauche, nous avons fait émerger une force majeure à la gauche du PS, en capacité de présenter des listes dans les 20 arrondissements. C’est déjà un tour de force qui a surpris bien des observateurs. Dimanche soir, c’est plus de 33 000 parisiens qui ont voté pour nos listes. Au vu des résultats, sur l’ensemble de Paris, nous sommes quasiment à 5% et dans les 8 arrondissements parisiens où sont concentrés l’essentiel de nos équipes militantes (les 10e, 11e, 12e, 13e, 14e, 18e, 19e et 20e) nous obtenons prêts de 7% des suffrages et même plus de 10% dans le seul 20e arrondissement. Ces résultats obtenus essentiellement par le PG, et l’aide de nos amis d’Ensemble, et j’insiste sans le PCF, sont très encourageants et même quasi inédits. Les Verts qui se présentent seul au municipales depuis 1977 à chaque élection (et ont attendu 1989 pour avoir un premier élu à Paris), ont mis longtemps avant d’obtenir de tels résultats, et le PCF Paris a lui renoncé à toute possibilité d’autonomie du PS au premier tour des municipales depuis au moins 1989, car il sait qu’il obtiendrait bien en-deçà de ce que nous avons fait. Il n’y a donc pas à rougir de nos résultats parisiens, même si nous savons bien entendu que si le Front de Gauche n’avait pas été handicapé par des divergences stratégiques en son sein, et d’abord le ralliement incompréhensible et décevant du PCF au PS, nous aurions pu obtenir bien davantage.

Le PS perd 19 % de ses électeurs !

hidalgo-tt-width-604-height-403.jpgIl reste à analyser les résultats et leurs conséquences. D’abord, contrairement à que les sondages ont répété pendant des semaines, faisant de Anne Hidalgo la grande gagnante annoncée du scrutin, et entrainant une distorsion scandaleuse du temps de parole des candidats dans les médias, le PS ne réalise pas du tout un bon score. Certes, il est moins lourdement sanctionné que dans le reste de la France où chaque solférinien prend une raclée sévère, mais il n’y a pas de quoi pétarader dans la capitale comme l'a fait la candidate Hidalgo au soir du premier tour. Concrètement, au premier tour les listes PS et leurs alliés passent de 287 755 voix en 2008 à 233 808 voix en 2014, soit une perte sèche de près de 19%.

Plus précisément, dans un arrondissement que je connais bien et où j’ai été la tête de liste du Front de Gauche, obtenant 5,4 %, le 12e arrondissement, la liste PS et alliés perd 24,09 % de ses électeurs (soit 24 486 voix en 2008, 18 585 voix en 2014. C’est-à-dire une perte de 5 901 voix). Le PS passe donc de 46,07 % à 37,4 %. Cela représente seulement 21,4 % des électeurs inscrits.

Ainsi, dans quatre arrondissements parisiens actuellement dirigés par le PS, c’est à dire les 4e, 9e 12e et 14e, l’addition PS et EELV ne fait pas 50% des suffrages. Il eut donc été logique que le PS mesure le choc que représente tout cela, change d’attitude et cherche à faire en sorte que toutes les forces se réclamant de la gauche trouvent un point d’accord, même à minima, pour faire bloc afin d’éviter que la droite ne l’emporte dans un arrondissement ou plus. De plus, il serait normal et pour tout dire démocratique que les électeurs du Front de Gauche soient représentés au sein des Conseils municipaux et au Conseil de Paris à hauteur de ce qu’ils sont afin que les institutions parisiennes ne soient pas un miroir déformé de la réalité politique. Formellement, nous représentons 10,26 % du total des voix des partis se réclamant de la gauche (PS, EELV et FDG).

Une mise en scène sordide et cynique de la pseudo « main-tendue »

BjgJf8_CAAAt936.jpgDétrompez-vous. Ce n’est pas ainsi que le PS voit les choses au soir du premier tour. C’est là qu’on mesure toute l’arrogance et l’hypocrisie des socialistes, et leurs alliés participants à leurs petites manœuvres. Au soir du premier tour pourtant, Anne Hidalgo dans sa déclaration publique appelle au large rassemblement, cite EELV… mais ne parle pas de nous. Ah ? Plus ambigu, Rémi Féraud, le premier secrétaire de la Fédération socialiste déclare dans la soirée la même chose qu’Hidalgo mais ajoute aussi qu’il est prêt à discuter avec nous. Message reçu. Nous prenons donc contact avec lui pour qu’une rencontre ait lieu. Après quelques SMS et discussions téléphoniques, le rendez-vous est pris au siège de la Fédération socialiste du PS, à 2h30 du matin. Nous faisons le choix que Danielle Simonnet, invitée à la première heure sur France Inter, et devant garder l’esprit clair, ne soit pas présente immédiatement, pour ce premier contact que nous espérons fructueux. Nous sommes alors persuadés qu’il s’agit là d’un débat de discussion qui va sans doute durer encore un bout de la journée de lundi. Avec la délégation représentant les différentes sensibilités qui composent nos listes Front de Gauche (dont mes camarades Paul Vannier et Sylvie Aebisher du PG, respectivement dirigeant du PG Paris et Directrice de campagne, accompagné de l'indispensable Pierre Yves Legras qui a centralisé tous les résultats et deux représentants d'Ensemble : Pierre-François Grond et Roland Mérieux), soit 6 personnes, nous arrivons sur place à l’heure convenue. D’abord, on nous fait attendre dans le hall d’entrée. Manifestement, rien n’est prévu. Puis, au bout de quelques minutes, apparaissent Rémi Féraud et Mao Peninou, un autre élu PS que j’ai connu comme le principal animateur des supporters de DSK au PS, flanqués de Ian Brossat et Igor Zamichei représentants du PCF Paris, soit deux PS et deux PCF. Ce quatuor baroque nous entraine dans un petit réduit, où, après avoir traversé les toilettes, nous nous entassons. Là, dans un minuscule espace, une petite table occupe presque toute la pièce, mais il n’y a que deux chaises. En tout pourtant, nous sommes neuf personnes ! D’un côté de la pièce, dans un lavabo, des vieilles cafetières s’entassent, de l’autre les aspirateurs et balais sont posés devant une armoire métallique sur laquelle sont rangés les rouleaux de papier toilette. Nous voilà donc dans le local à balais du PS Paris! (voir la photo ci-jointe où l'on reconnait Pierre-François Grond dirgeant d'Ensemble qui est resté debout, faute de chaise) La forme rejoint souvent le fond en politique. J’insiste tout de même pour que des chaises soient amenées, car dans notre esprit nous sommes venus pour travailler, avec nos ordinateurs, et cela nécessite un minimum de confort matériel, ou du moins de ne pas rester debout. On m’accorde de bonne grâce 3 chaises supplémentaires et ainsi la moitié des gens peuvent s’assoir pendant que les autres restent debout.

Je demande que le PS engage la conversation car, en toute logique, c’est à eux de dire comment ils voient les choses à présent. Assez brièvement Rémi Féraud nous explique donc qu’un rassemblement est éventuellement envisageable à condition : de reprendre à notre compte le programme d’Anne Hidalgo dans son intégralité, de nous engager à voter tous les 6 budgets de la prochaine mandature et à participer aux exécutifs municipaux pour matérialiser une « solidarité de vote » durant la mandature. Je tique. Une telle façon de faire est assez inédite et déconcertante. Par définition, puisque nous avons présenté des listes autonomes au premier tour, il est assez curieux de nous demander de nous rallier à l’intégralité du programme d’Anne Hidalgo. Deuxièmement, d’où vient cette exigence volontairement provocatrice, de nous imposer de voter les 6 prochains budgets municipaux alors qu’aucun des participants à la discussion ne sait ce que contiendront les dits prochains budgets ? Veulent-ils des élus ou des automates ? Des gens qui pensent ou des machines ? Par nature, le rôle d’un élu et d’une Assemblée est de délibérer, d’examiner les délibérations, de débattre des budgets, de les améliorer afin bien sûr, au terme des échanges, de les adopter ou éventuellement de les rejeter si cela ne convient pas à ce qu’il croit juste pour la collectivité. De plus, dans le contexte actuel, tout le monde sait autour de la table que les conséquences des politiques d’austérité vont se faire sentir dans les prochains budgets des communes. Cela a même déjà commencé. Dans le cadre de sa politique d’austérité, le gouvernement Hollande / Ayrault annonce une baisse prochaine de 10 milliards d’euros des aides aux collectivités locales. Dans beaucoup de villes, ce sera un drame. Cela se ressentira aussi fortement au niveau parisien, c’est une évidence. Pourquoi alors nous demander d’assumer cela à l’avance, et pendant 6 ans de surcroit ! C’est ridicule. Quel dirigeant politique sérieux, se réclamant du Front de Gauche, peut faire cela ? J’ai donc indiqué aux représentants du PS que l’on ne pouvait pas prendre la discussion ainsi, que ce n’était pas une méthode de discussion. Alors, le plus étonnant est venu de Ian Brossat du PCF qui est intervenu pour dire que Rémi Féraud avait raison, nous devions nous engager sur cette solidarité budgétaire avec le PS pendant 6 ans et sur le programme d’Anne Hidalgo. Assez surpris par sa virulence, je lui ai rappelé que, si j’en croyais ce que dit le PCF ou l’Humanité chaque jour, son parti comme le PG n’est pas d’accord avec la politique d’austérité du gouvernement, et qu’en conséquence il ne pouvait pas nous demander de la voter et l’appliquer au niveau parisien. Fin dialecticien, ce dernier m’a répondu que s’ils étaient contre sur le plan national, localement il n’était pas possible de faire autrement que de l’appliquer. Donc, ils votaient pour ! Un étrange dialogue entre les deux représentants du PCF et nous s’est alors installé, devant les yeux amusés des représentants du PS. J’ai demandé à Ian Brossat à quoi servait-il d’être élu, si c’est pour accepter et mettre en œuvre sur le plan local ce que l’on dénonce sur le plan national ? Comment créer un rapport de force avec le gouvernement, contre l’austérité, si l’on annonce d’ores et déjà que, quoi qu’il arrive, on votera les budgets, même s’ils sont en baisse comme il est légitime de le craindre ? Je lui ai rappelé par exemple, que même Anne Hidalgo lors d’un meeting à la Bellevilloise lors de la campagne, avec Pierre Laurent secrétaire national du PCF, avait déclaré publiquement qu’elle n’accepterait pas à l’avenir de baisse des aides de l’Etat. Comment donner crédit à cette parole, si l’on annonce à l’avance que pendant 6 ans on votera toutes les éventuelles baisses ?

Et puis, mesurant l’absurdité de cette polémique avec des dirigeants parisiens du PCF, je me suis tourné vers Rémi Féraud pour lui dire que nous n’étions pas venus pour débattre stérilement avec des communistes sur la stratégie d’opposition à la politique d’austérité, mais pour discuter sérieusement avec le PS et les représentants des listes d’Anne Hidalgo. Rémi Féraud m’a alors immédiatement répondu que cette distinction entre PS et PCF n’avait pas lieu d’être, et qu’ils étaient tous les quatre en total accord, soutenu par Igor Zamichei du PCF qui a aussi insisté sur le fait « qu’il fallait être responsable » que eux l’étaient, « qu’ils savaient gérer » et qu’il était « totalement d’accord avec Rémi ». Ainsi donc, qui l’eut cru, nous avions le PS et le PCF ligués contre nous, en total accord pour refuser que les autres composantes du Front de Gauche puissent être représentées au Conseil de Paris en raison de leur refus des politiques d’austérité ! J’avoue qu’après 6 ans de Front de Gauche, tant de sacrifices et d’espoir pour son existence, ce spectacle m’a profondément désolé. J’ai alors rappelé que sur le plateau de France 3 où j’étais invité en début de soirée, Jean-Paul Huchon avait déclaré qu’il fallait rassembler toute la gauche, y compris à Paris, et que lui le faisaient déjà « avec les amis de Corbière à la région Ile-de-France ». Pourquoi alors ce qui était possible selon Jean-Paul Huchon, ne l’était pas selon les représentants d’Anne Hidalgo ? J’ai alors eu droit à la réponse de Ian Brossat : « Je me fous de ce que dit Huchon, vous devez être solidaires et faire des majorités de gestion en vous engageant sur le budget ».

EELV et FDG : des exigences à géométrie très variable

659291_0203393503010_web_tete.jpgUne nouvelle fois j’ai demandé à Mao Peninou que l’on arrête cette polémique et que l’on se mette au travail, nous étions venus pour cela avec nos ordinateurs, nos stylos et nos feuilles de papier, pour rédiger une déclaration commune, qui pourrait indiquer des objectifs communs, etc. A l’image d’ailleurs de ce que le PS a rédigé avec EELV, soit une déclaration de 3 pages sans engagement de voter les 6 budgets pendant 6 ans. Vous pouvez le consulter en cliquant ici. C’est instructif. Dans cet accord, aucune des « exigences » du PS et du PCF à notre égard n’est seulement mentionnée. Bien entendu, l’accord EELV-PS ne se fait pas sur la base du programme d’Anne Hidalgo et aucune « solidarité de vote » n’est exigée sur les 6 budgets futurs. Un seul point, le dernier, aborde la question du budget et c’est en ces termes :  « Enfin, parce que nous connaissons les conditions parfois difficiles auxquels doivent faire face les Parisiens et surtout parce que nous avons l’expérience de gouverner ensemble, nous nous engageons formellement à porter ce projet sans augmenter les taux des impôts locaux et nous continuerons à gérer Paris de manière rigoureuse et saine, sans renoncer à un investissement ambitieux. » Chacun notera combien cet engagement ne veut rien dire de précis et combien il est à des années lumières des arrogances que nous avons subies pendant une heure et demie. Le clou de la soirée sera quand Ian Brossat, décidément en grande forme ce soir-là, déclarera que si nous étions amenés à rédiger ensemble quelque chose, il faudrait d’abord reconnaitre en l’écrivant que nous avons eu tort de présenter des listes autonomes et tort de critiquer publiquement le programme d’Anne Hidalgo. En l’écoutant, j’ai eu honte pour lui. J’avais à ce moment-là, sous les yeux un beau spécimen, passionnant pour nombre de psychanalystes, de quelqu’un qui, il y a quelques mois encore, lors de la consultation interne des communistes, était favorable à des listes Front de Gauche autonomes du PS, qu’il était même prêt à conduire, mais 6 mois plus tard, demandait à ceux qui avait porté cette ligne, d’écrire qu’ils avaient eu tort de le faire, et d’expier leurs péchés en quelque sorte. En l’écoutant, des images tristes m’ont traversé l’esprit. Processus classique, hélas. La cruauté de la face sombre de la politique dévore parfois ses enfants les plus prometteurs. Un jeune ambitieux plein de talent, mais qui agit sans stratégie réelle, si ce n’est le maintien immédiat de sa position acquise et du confort matériel qu’elle entraine, ne devient avec le temps qu’un vieil ambitieux dont l’intelligence n’aura servi qu’à tout justifier, n’importe comment, dans n’importe quelle condition, même si c’est l’inverse de sa pensée d’hier. Sur un plan plus personnel, j’ai compris à cet instant que j’avais perdu un ami, mais sans doute que c’était déjà le cas depuis plus longtemps.

Voilà une heure et demi que nous discutions de la sorte, de façon décousue et déplaisante, debout pour l’essentiel de la délégation, sans avancer d’un iota, le plus souvent en l’absence de Rémi Feraud qui se levait pour aller dans une autre réunion, quand nous avons décidé d’en rester là et d’attendre le lendemain pour reprendre le fil (extrêmement ténu) de ce drôle d’échange. Une dernière fois, j’interpellais Feraud et Peninou pour leur dire que je ne comprenais pas ce caporalisme et cette volonté de nous écarter, de nous humilier, de nous faire baisser la tête. Nous avons donc quitté les lieux. Il était 4 heures du matin.

Le lendemain, un bref échange téléphonique entre Danielle Simonnet et Anne Hidalgo ne faisait que confirmer le désolant spectacle de la nuit : accord sur son programme, engagement de vote sur les budgets… Danielle lui a répété que nous étions disponibles pour avancer mais que les diktats à notre encontre seulement, qui n’étaient pas faits contre EELV, « n’était pas une main tendue mais un bâillon ou une muselière ». Ainsi c’est terminée cette non négociation. Avec cynisme, Anne Hidalgo a encore osé ce matin indiquer dans un journal gratuit, « qu’elle nous avait tendu la main mais que nous ne l’avions pas saisie ». Pourquoi mentir ainsi ? Pourquoi n’assume-t-elle pas le fait qu’elle n’a jamais voulu, je dis bien jamais, le moindre accord avec nous, essentiellement en raison de notre volonté d’indépendance par rapport aux conséquences de la politique du gouvernement ? Cette attitude n’est pas que parisienne. J’apprends à l’instant que le même sectarisme solférinien a produit les mêmes effets à Toulouse. A Grenoble, au deuxième tour, le PS se maintient contre notre liste avec EELV qui est pourtant arrivée en tête (29,41 %). Il fait ainsi courir le risque que ce soit finalement la droite qui l’emporte. A l’inverse, à Guéret, où la liste Front de Gauche a obtenu 15% le PS a accepté de fusionner en nous laissant une totale liberté de vote sur les budgets à venir. Ceci démontre que ce que nous demandions à Paris était parfaitement possible.

Compte tenu de ce que je viens de raconter, Danielle Simonnet sera présente au second tour dans le 20e arrondissement, et j’invite tous ceux qui le peuvent à aller aider sa candidature jusqu’à dimanche. Il faut faire élire Danielle Simonnet. Malgré un système électoral antidémocratique, et les manœuvres sordides, les 33 000 électeurs qui ont voté Front de Gauche seront ainsi représentés au Conseil de Paris.

Honneur et déshonneur

Un dernier mot, au final. Les conséquences négatives de tout cela sont bien sûr réelles pour moi. Mais, je n’en fais pas une affaire personnelle. J’assume avec sérénité les conséquences de mes choix. Je le dis d'autant plus tranquillement que je découvre dans la presse que ceux qui se sont comportés comme des minables dimanche soir cherchent en plus à me flétrir, en plaquant sur moi leur propre fonctionnement de "croutard", et en décrivant mon rôle de négociateur comme une démarche personnelle "désespérée" visant à sauver mon poste alors que nous étions porteur d'un mandat collectif, établi lors d'une réunion de direction de campagne. Elu depuis 2001, Conseiller de Paris depuis 2008, je ne le serai pas dans la prochaine mandature municipale. Dommage, mais qu’importe. Je n’aurai jamais accepté d’être élu en me reniant, et tous mes amis dans les autres arrondissements ont fait de même. Ainsi va la vie politique et militante. Les années qui viennent ont besoin de femmes et d’hommes qui gardent l’esprit clair et sont prêts à des sacrifices momentanés pour que leurs idées progressent. C’est là la plus belle des récompenses. Le score obtenu par la liste que j’ai conduit aurait pourtant dû logiquement entrainer une représentation des électeurs du Front de Gauche. C’est le PS parisien, allié avec le PCF, qui n’a pas voulu. En écrivant cela, je n’ai aucune rancœur, et jamais pour être réélu je n’ai envisagé de mentir à ceux qui me font confiance, en m’engageant à voter des choses que je désapprouve. Le sectarisme du PS contre nous n’a rien de personnel en définitive, il est 100 % politique. Ils ne veulent pas qu’existe une gauche qui refuse l’austérité et la politique de François Hollande. Ils nous méprisent pour cela, nous et nos électeurs. Message reçu donc. Dans ces conditions, face à cette attitude d’une rare arrogance (dernière anecdote, dans le 12e arrondissement, la candidate PS n’a même pas cherché à me joindre pour éventuellement discuter, ce qui est pourtant l’usage, alors que son alliance avec EELV n’est même pas assurée d’être majoritaire), face à ce mépris politique qui nie l’existence même d’une partie de l’électorat de gauche, constatant que le PS ne veut pas de nos électeurs au deuxième tour, je ne donne aucune consigne de vote à ceux qui m’ont fait confiance et m’ont fait l’honneur de voter pour moi. Que le PS assume désormais les conséquences de ses actes et de son mépris. A tous ceux qui votent Front de Gauche, je dis : Quoi que vous fassiez dimanche, ne nous divisons pas. D’autres batailles arrivent. Notamment les élections européennes qui doivent être l’occasion de punir ce qui soutiennent le gouvernement et de mettre le Front de Gauche devant le PS.